Une seule hormone dirige les réponses de l’organisme à un régime pauvre en protéines

Une seule hormone semble coordonner l’allongement de la durée de vie produit par un régime pauvre en protéines.

Une nouvelle étude du Pennington Biomedical Research Center, publiée dans la revue Nature Communications, a révélé que la réduction de la quantité de protéines dans le régime alimentaire produisait une série de résultats favorables pour la santé, notamment un allongement de la durée de vie, et que ces effets dépendaient d’une hormone métabolique dérivée du foie appelée facteur de croissance des fibroblastes 21 (FGF21).

On sait depuis longtemps que réduire la quantité de nourriture consommée améliore la santé et prolonge la durée de vie, et l’on s’intéresse de plus en plus à la possibilité que la réduction de l’apport en protéines ou en acides aminés contribue à cet effet bénéfique. Plusieurs études récentes suggèrent que les régimes pauvres en protéines, mais pas au point de provoquer une malnutrition, peuvent améliorer la santé. À l’inverse, la surconsommation de régimes riches en protéines a été liée à une augmentation de la mortalité dans certains groupes d’âge.

Il y a quelques années, le laboratoire de neurosignalisation de Pennington Biomedical a découvert que l’hormone métabolique FGF21 était un signal clé reliant le corps au cerveau pendant la restriction protéique. Sans ce signal, les jeunes souris ne parvenaient pas à modifier leur comportement alimentaire ou leur métabolisme lorsqu’elles étaient soumises à un régime pauvre en protéines.

Nos données suggèrent que le FGF21 communique avec le cerveau et que, sans ce signal, la souris ne « sait » pas qu’elle suit un régime pauvre en protéines. En conséquence, la souris ne parvient pas à modifier son métabolisme ou son comportement alimentaire de manière adaptative », a déclaré Christopher Morrison, professeur et directeur du laboratoire Neurosignaling.

Les derniers travaux du groupe, dirigés par Cristal M. Hill, chercheuse postdoctorale, démontrent que les régimes à faible teneur en protéines ont des effets métaboliques bénéfiques chez les souris âgées, améliorant la santé métabolique, réduisant la fragilité et prolongeant la durée de vie. Ces effets bénéfiques étaient également apparents lorsque l’apport en protéines était réduit chez les souris d’âge moyen, protégeant même contre les méfaits de l’obésité. Il est important de noter que ces effets bénéfiques ont disparu chez les souris dépourvues de FGF21, ce qui suggère que son action dans le cerveau est essentielle à l’amélioration de la santé et de la durée de vie.

« Nous avons précédemment montré que le FGF21 agit dans le cerveau pour améliorer la santé métabolique des jeunes souris nourries avec un régime pauvre en protéines. Ces nouvelles données prolongent ce travail en démontrant que le FGF21 améliore également la santé métabolique et prolonge la durée de vie. Collectivement, ces données fournissent des preuves claires que le FGF21 est la première hormone connue qui coordonne le comportement alimentaire et la santé métabolique pour améliorer la durée de vie pendant la restriction protéique », a déclaré le Dr Hill.

Cependant, le Dr Hill a déclaré que plusieurs questions subsistent. On ne sait pas exactement comment ces observations se traduiront chez les humains vieillissants, mais on espère que ces travaux permettront de découvrir de nouvelles voies moléculaires et neuronales qui pourront être exploitées pour améliorer la santé des personnes.

« Cette recherche révolutionnaire a des implications importantes pour l’allongement de la santé et de la durée de vie des personnes. Si les scientifiques peuvent mieux comprendre comment les régimes alimentaires et les hormones nutritionnelles comme le FGF21 agissent pour prolonger la durée de vie, ces découvertes pourraient compenser de nombreux problèmes de santé qui surviennent à l’âge moyen et plus tard », a déclaré le directeur exécutif de Pennington Biomedical, John Kirwan, Ph.D.

Source :https://www.pbrc.edu/news/media/2022/FGF21-and-anti-aging.aspx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *