Une étude révèle des niveaux élevés de métaux toxiques dans certains jus de fruits et boissons non alcoolisées

Une nouvelle étude a révélé que certaines boissons de consommation courante contiennent des niveaux de métaux toxiques qui dépassent les normes fédérales en matière d’eau potable.

Cinq des 60 boissons testées contenaient des niveaux de métaux toxiques supérieurs aux normes fédérales en matière d’eau potable, selon l’étude de l’université de Tulane. Deux jus mélangés présentaient des niveaux d’arsenic supérieurs à la norme de 10 microgrammes/litre. Un jus de canneberge, un jus mixte de carottes et de fruits et un lait d’avoine présentaient chacun des niveaux de cadmium supérieurs à la norme de 3 parties par milliard.

Les boissons échantillonnées, qui comprennent celles que l’on trouve couramment dans les épiceries (jus de fruits simples et mixtes, laits végétaux, sodas et thés), ont fait l’objet de mesures portant sur 25 métaux toxiques et oligo-éléments différents. Les jus de fruits mixtes et les laits végétaux (tels que les laits d’avoine et d’amande) contenaient des concentrations élevées de métaux toxiques plus souvent que les autres boissons, selon les résultats publiés dans le Journal of Food Composition and Analysis.

Au total, sept des 25 éléments dépassaient les normes relatives à l’eau potable dans certaines boissons, notamment le nickel, le manganèse, le bore, le cadmium, le strontium, l’arsenic et le sélénium. Si du plomb a été détecté dans plus de 93 % des 60 échantillons, la plupart d’entre eux contenaient des niveaux très faibles, inférieurs à 1 partie par milliard. La teneur la plus élevée (6,3 microgrammes/kg) a été trouvée dans une boisson sportive à base de chaux, bien qu’elle soit inférieure aux normes de l’EPA et de l’OMS pour l’eau potable.

Tewodros Godebo, auteur principal et professeur adjoint de sciences de la santé environnementale à l’école de santé publique et de médecine tropicale de l’université de Tulane, a déclaré que l’étude était importante parce qu’il existe peu d’études évaluées par des pairs qui examinent le contenu des boissons américaines.

« Il est surprenant de constater qu’il n’existe pas beaucoup d’études sur les éléments toxiques et essentiels contenus dans les boissons non alcoolisées aux États-Unis », a déclaré M. Godebo. « Cela permet de prendre conscience de la nécessité de mener des études plus approfondies.

Ces boissons non alcoolisées sont souvent consommées en plus petites quantités que l’eau, ce qui signifie que les risques pour la santé des adultes sont très probablement faibles. Toutefois, M. Godebo estime que les parents devraient être prudents quant aux boissons qu’ils offrent à leurs enfants.

« Il faut éviter de donner aux nourrissons et aux jeunes enfants des jus de fruits mixtes ou des laits végétaux en grande quantité », a déclaré M. Godebo. « L’arsenic, le plomb et le cadmium sont des substances cancérigènes connues et il est bien établi qu’elles provoquent des lésions des organes internes et des troubles cognitifs chez les enfants, en particulier au cours du développement précoce du cerveau.

Selon M. Godebo, la plupart de ces éléments présents dans les boissons proviennent probablement de sols contaminés.

« Ces métaux sont présents à l’état naturel et il est donc difficile de s’en débarrasser complètement », a déclaré M. Godebo.

Hannah Stoner et Julia Ashmead, étudiantes à l’université de Tulane qui ont participé à l’étude, espèrent que ces résultats inciteront les gens à réfléchir davantage à ce qu’ils consomment.

« Je ne pense pas qu’il faille avoir peur », a déclaré Mme Stoner. « En matière de toxicité, c’est le dosage qui fait souvent la différence, donc tout est dans la modération. Mais cela permet de prendre conscience de la nécessité de mener des études plus approfondies.

Selon M. Godebo, la prochaine étape consistera à procéder à une évaluation des risques sur la base des données recueillies afin de déterminer les effets de la consommation de métaux toxiques chez les enfants et les adultes.

« Nous sommes curieux de continuer à explorer ce qui se trouve dans nos boissons et nos aliments vendus aux consommateurs », a déclaré M. Godebo.

Source : https://news.tulane.edu/pr/study-finds-elevated-levels-toxic-metals-some-mixed-fruit-juices-and-soft-drinks

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *