Un mécanisme caché relie le cancer et le diabète

Dans les années 1920, des chercheurs ont découvert que les patients atteints de cancer avaient une urine à l’odeur sucrée. Les médecins sont d’abord restés perplexes, mais ils ont vite compris qu’il s’agissait d’une conséquence de l’augmentation du taux de sucre dans le sang.

« C’est l’une des premières choses que nous avons apprises sur les patients cancéreux », explique Lykke Sylow, professeur agrégé.

L’odeur sucrée de l’urine suggère que le cancer affecte le taux de sucre dans le sang. Mais comment ? Une nouvelle étude est prête à répondre à cette question. Alors que des études antérieures ont examiné le lien entre le cancer et l’insuline, la nouvelle étude de Lykke Sylow et de ses collègues est la première à compiler les meilleures recherches sur le sujet, et la réponse semble claire :

« Chez les patients atteints de cancer, les cellules ne répondent pas bien à l’hormone insuline. Il faut donc plus d’insuline pour créer le même effet chez les patients cancéreux. Si vous souffrez de résistance à l’insuline, votre corps doit produire plus d’insuline que d’habitude pour pouvoir réguler le taux de sucre dans le sang », explique Lykke Sylow, l’un des principaux auteurs de la nouvelle étude.

La capacité de l’organisme à répondre à l’insuline est altérée à la fois chez les patients atteints de cancer et chez les personnes souffrant de diabète de type 2.

Les symptômes du diabète de type 2, tels que la fatigue et l’augmentation de la soif et de la miction, se développent progressivement et peuvent donc être difficiles à déceler. Chez les patients atteints de cancer, la résistance à l’insuline peut être encore plus difficile à identifier car ils présentent déjà certains de ces symptômes, comme la fatigue.

L’insuline peut favoriser la multiplication des cellules cancéreuses

Outre les conséquences négatives de la résistance à l’insuline, celle-ci peut également favoriser la multiplication des cellules cancéreuses.

« Nous savons, grâce à des études cellulaires, des études animales et quelques études humaines, que l’insuline est une hormone de croissance et qu’elle a le même effet sur les cellules cancéreuses. Autrement dit, un taux élevé d’insuline peut accélérer la croissance des cellules cancéreuses », explique le deuxième auteur principal de l’étude, Joan Màrmol, avant d’ajouter : « Bien sûr, cela peut être un facteur de risque pour les cellules cancéreuses :

« Bien sûr, cela peut être un énorme problème pour les patients atteints de cancer ».

En outre, la résistance à l’insuline peut influencer l’accumulation de protéines dans les muscles. En d’autres termes, si l’organisme ne répond pas à l’insuline, il perd de la masse et de la force musculaires, ce qui constitue un problème majeur pour de nombreux patients atteints de cancer.

En somme, cancer et résistance à l’insuline sont une très mauvaise combinaison.

Lykke Sylow espère que les oncologues commenceront à vérifier la glycémie de leurs patients, même si elle semble normale, car la résistance à l’insuline peut être difficile à détecter, l’organisme compensant simplement en produisant plus d’insuline.

« Et s’ils constatent que le patient souffre d’une résistance à l’insuline, ils doivent commencer à la traiter. Nous sommes en mesure de traiter la résistance à l’insuline parce que nous avons une connaissance approfondie de cette maladie – nous avons juste l’habitude de l’associer au diabète de type 2.

Certains aspects de ce lien doivent cependant faire l’objet de recherches plus approfondies.

« La prochaine étape consistera à déterminer qui développe une résistance à l’insuline. Quels sont les patients cancéreux à risque ? Ont-ils un type de cancer particulier ou des facteurs de risque spécifiques ? Ou peut-être est-ce lié au traitement ? » déclare Lykke Sylow, avant d’ajouter : « Une fois que nous aurons identifié les personnes à risque, nous pourrons les traiter :

« Une fois que nous aurons identifié les personnes présentant un risque élevé de développer cette maladie, j’espère que nous pourrons mener d’autres études à long terme sur le traitement de la résistance à l’insuline et voir s’il a un effet positif sur les patients.

L’étude complète, intitulée « Insulin resistance in patients with cancer : a systematic review and meta-analysis » (Résistance à l’insuline chez les patients atteints de cancer : une étude systématique et une méta-analyse), est publiée dans Acta Oncologica.

SOURCE : https://healthsciences.ku.dk/newsfaculty-news/2023/06/hidden-mechanism-connects-cancer-and-diabetes/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *