Révéler l’impact du sommeil et du rythme circadien sur les troubles douloureux chroniques multiples

L’université d’État de l’Arizona (ASU) fait un pas en avant audacieux dans le domaine de la recherche sur la douleur grâce à une étude longitudinale innovante dirigée par le professeur adjoint du collège Edson, Chung Jung Mun. Cette étude pionnière vise à mettre en évidence le lien potentiel entre de mauvaises habitudes de sommeil et des rythmes circadiens perturbés, et leur rôle dans l’exacerbation des douleurs chroniques. L’étude a reçu une subvention substantielle de 3 millions de dollars de l’Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux (National Institute of Neurological Disorders and Stroke), une division de l’Institut national de la santé des États-Unis (National Institutes of Health), afin d’explorer ce lien intrigant.

L’objectif principal du projet est de mettre en lumière la relation complexe entre la qualité du sommeil, les rythmes circadiens et la progression des douleurs chroniques. Mun reconnaît que de nombreuses personnes dans le monde sont aux prises avec divers troubles douloureux chroniques, tels que des migraines ou des lombalgies chroniques. Souvent, ces troubles se manifestent chez la même personne. Cependant, on ne sait pas encore si les perturbations du sommeil et des rythmes circadiens jouent un rôle essentiel dans le passage d’un état douloureux chronique au développement d’états multiples.

Traditionnellement, la recherche sur la douleur s’est concentrée sur l’étude des douleurs individuelles de manière isolée, négligeant le tableau plus large de la manière dont ces douleurs sont interconnectées et évoluent ensemble. Cette étude ambitieuse vise à combler cette lacune en démêlant les complexités de la relation entre la perturbation du sommeil, les troubles du rythme circadien et l’émergence de multiples troubles douloureux chroniques.

Le professeur Mun précise : « Notre objectif est d’élargir notre compréhension au-delà des troubles douloureux singuliers et d’explorer comment la perturbation du sommeil et des rythmes circadiens pourrait être un catalyseur sous-jacent de la progression de divers troubles douloureux chroniques ». En s’aventurant dans des territoires inexplorés de la recherche sur la douleur, ce projet espère dévoiler des informations cruciales qui pourraient révolutionner la façon dont la douleur chronique est gérée et prévenue à l’avenir.

Les résultats attendus de cette recherche novatrice sont extrêmement prometteurs. Les connaissances acquises devraient non seulement améliorer notre compréhension des liens complexes entre les habitudes de sommeil, les rythmes circadiens et les états douloureux, mais aussi ouvrir la voie au développement de traitements plus efficaces et de mesures proactives. En fin de compte, cette initiative vise à alléger le fardeau de millions d’adultes dans le monde qui sont aux prises avec les défis de la gestion de multiples troubles douloureux chroniques.

L’initiative menée par l’ASU représente une avancée significative dans l’amélioration de la vie des personnes vivant avec des douleurs chroniques, soulignant l’importance de la recherche multidisciplinaire et des approches novatrices dans la résolution de problèmes médicaux complexes.

Source : https://nursingandhealth.asu.edu/about/announcements/study-on-sleep-circadian-disturbance-on-multiple-chronic-pain-disorders

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *