Repenser la mesure de la santé : le rapport taille-hanche émerge comme un indicateur supérieur

Dans le domaine de la santé et de la gestion du poids, l’Indice de Masse Corporelle (IMC) a longtemps été un outil privilégié. Cependant, les experts mettent de plus en plus en lumière ses limites, préconisant un changement vers une mesure plus précise – le rapport taille-hanche. Une étude récente, publiée dans la revue JAMA Network Open, met en lumière le potentiel de cette mesure alternative pour évaluer les risques globaux pour la santé et orienter les interventions médicales.

Le rapport taille-hanche est une mesure simple mais efficace, calculée en divisant la circonférence de la taille par celle des hanches. Chez les hommes comme chez les femmes, un ratio de 1,0 ou plus est considéré comme risqué, indiquant une plus grande susceptibilité à des affections telles que les maladies cardiaques et le diabète de type 2 en raison de l’accumulation excessive de graisse autour du milieu du corps.

Contrairement à son homologue traditionnel, l’IMC, qui calcule le poids d’une personne en kilogrammes divisé par sa taille en mètres au carré, le rapport taille-hanche offre une image plus précise de la composition corporelle, capturant spécifiquement la graisse viscérale nocive. Cette graisse, située autour de la région médiane, a été associée à une augmentation des taux de mortalité toutes causes confondues et à des affections spécifiques telles que les maladies cardiovasculaires et le cancer.

L’étude susmentionnée a analysé les données d’une cohorte substantielle de 387 672 participants au Royaume-Uni, en comparant l’IMC, l’indice de masse grasse et le rapport taille-hanche. De manière remarquable, le rapport taille-hanche a présenté l’association la plus forte et la plus cohérente avec la mortalité toutes causes confondues, restant inchangé par l’IMC. Les chercheurs ont souligné que les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé concernant la plage optimale de l’IMC étaient inexactes pour les individus ayant des compositions corporelles diverses, préconisant ainsi un changement de paradigme vers le rapport taille-hanche en tant que mesure principale de l’adiposité.

Malgré ces découvertes, l’IMC reste profondément ancré dans les pratiques médicales en raison de sa simplicité et de son utilisation répandue. Il a historiquement servi d’outil de choix pour la gestion du poids, bien que ses lacunes soient reconnues. Par exemple, l’IMC ne parvient pas à différencier les individus ayant des pourcentages de graisse corporelle différents, soulignant sa nature non spécifique. Cela soulève des questions sur son efficacité en tant qu’indicateur de santé réel.

Les experts soulignent que bien que l’IMC ait ses limites, il reste un outil précieux au sein du système de santé. De nombreuses lignes directrices et polices d’assurance sont basées sur l’IMC, en faisant une mesure pratique malgré ses limites. Cependant, l’appel à se concentrer davantage sur une mesure plus précise telle que le rapport taille-hanche se fait de plus en plus fort, visant à optimiser les résultats à long terme pour diverses populations de patients.

De plus, aborder l’obésité va au-delà des outils de mesure ; cela nécessite de lutter contre la stigmatisation de la société et de promouvoir la prise de conscience que l’obésité est une maladie nécessitant un traitement approprié. Le Dr Dan Azagury, responsable de section à l’Université Stanford, souligne l’importance de changer la perception de l’obésité et de fournir un soutien bienveillant à ceux qui cherchent de l’aide.

En conclusion, alors que nous nous efforçons d’obtenir une compréhension plus précise des risques pour la santé liés au poids, le rapport taille-hanche émerge comme une alternative prometteuse à l’IMC conventionnel. Sa capacité à capturer spécifiquement la graisse nocive et à fournir une évaluation plus précise des risques pour la santé en fait un élément potentiellement révolutionnaire dans les interventions de soins de santé et les stratégies de gestion du poids. Il est temps de réévaluer notre approche et de donner la priorité à une mesure plus efficace pour un avenir plus sain.

Source : https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2809724

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *