Quels sont les déterminants importants à prendre en compte pour optimiser la nutrition protéique chez les personnes âgées : une équation complexe mais avec des solutions

Avec l’âge, le muscle développe une résistance de la synthèse protéique aux acides aminés (AA) alimentaires.

Cette stimulation reste insuffisante, même avec l’apport protéique recommandé chez l’adulte sain. Cette altération est l’un des mécanismes connus pour être responsable de la sarcopénie. Il faut donc augmenter les apports en protéines au-delà des apports nutritionnels conseillés pour l’adulte sain. Il faut également que les protéines alimentaires soient de bonne qualité, c’est-à-dire que leur composition en AA couvre les besoins de chaque AA lorsque les apports correspondent aux ANC. Les protéines, selon les sources alimentaires, peuvent être déséquilibrées en AA (i.e protéines végétales). Ici, nous discutons que la qualité d’une protéine est également liée à plusieurs autres paramètres. Ces déterminants incluent la vitesse de digestion des protéines alimentaires, la présence d’AA spécifiques, la matrice alimentaire dans laquelle les protéines alimentaires sont incluses, les processus impliqués dans la production des produits alimentaires (gélation du lait et température de cuisson), la nature de l’apport énergétique et l’interaction entre les nutriments. Enfin, le moment de l’apport en protéines et son association avec l’apport désynchronisé de nutriments énergétiques est discuté.

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0007996021001693

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *