Prévention de la pancréatite chez les enfants atteints de leucémie : Le potentiel des régimes riches en vitamine A

Introduction :
La chimiothérapie est une option thérapeutique cruciale pour les enfants et les jeunes adultes atteints de leucémie lymphoblastique aiguë (LLA). Cependant, un défi important associé à la chimiothérapie est le développement d’une pancréatite douloureuse chez un sous-ensemble de patients, en particulier ceux qui sont traités avec l’enzyme asparaginase. Pour résoudre ce problème, une étude récente menée par des chercheurs de l’université de Stanford et du Cincinnati Children’s Hospital Medical Center suggère qu’une alimentation riche en vitamine A ou en ses analogues pourrait potentiellement réduire le risque de pancréatite pendant la chimiothérapie. Les résultats de l’étude mettent en lumière une solution diététique prometteuse qui pourrait améliorer les résultats des patients et minimiser les effets indésirables.

Comprendre l’asparaginase et la pancréatite :
Le traitement à l’asparaginase est largement utilisé en association avec d’autres chimiothérapies pour les personnes atteintes de LAL. Sa fonction première est d’affamer les cellules cancéreuses en réduisant la disponibilité de l’asparagine, un acide aminé dont les cellules cancéreuses ont besoin mais qu’elles ne peuvent pas produire elles-mêmes. Bien qu’efficace, le traitement à l’asparaginase peut entraîner une pancréatite chez environ 2 à 10 % des patients, avec des symptômes graves chez un tiers d’entre eux. Cet effet indésirable a incité les chercheurs à explorer les interventions possibles pour prévenir ou atténuer la pancréatite associée à l’asparaginase (PAA).

L’analyse prédictive permet de découvrir une solution diététique :
Sous la direction des docteurs Sohail Husain et Anil Goud Jegga, l’équipe de recherche a eu recours à l’analyse prédictive et a analysé de grandes quantités de données pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à la PAA. Leurs recherches ont porté sur les données d’expression génétique, les données relatives aux petites molécules et les dossiers médicaux électroniques. Grâce à ces analyses, l’équipe a découvert que les rétinoïdes, y compris la vitamine A et ses analogues, pouvaient potentiellement inverser l’activité génique associée à l’asparaginase et à la pancréatite. Cette découverte a été confirmée par l’exploration des dossiers médicaux électroniques et l’analyse de données provenant d’expériences sur des souris.

Des données concrètes confirment le rôle de la vitamine A :
Les chercheurs se sont penchés sur des expériences « réelles » en étudiant des patients atteints de LAL qui prenaient en même temps des suppléments de vitamine A ou qui avaient une alimentation riche en vitamine A. Les résultats ont été frappants : seuls 1,4 % des patients traités à l’asparaginase et ayant consommé de la vitamine A ont développé une pancréatite, contre 3,4 % des patients qui n’avaient pas consommé suffisamment de vitamine A. L’utilisation de la vitamine A était corrélée à une réduction de 60 % du risque de LAL. Inversement, des niveaux inférieurs de vitamine A alimentaire ont été associés à une augmentation du risque et de la gravité de la pancréatite.

Implications et recherches futures :
Les résultats de l’étude soulignent l’importance de l’exploitation de divers ensembles de données et de l’utilisation d’une approche systémique de la recherche translationnelle. En exploitant des sources de données étendues et en intégrant les informations « omiques » aux données centrées sur le patient, les chercheurs ont découvert des informations précieuses sur le développement de la PAA et les interventions potentielles. Bien que ces résultats soient prometteurs pour une application immédiate dans les soins aux patients, d’autres recherches cliniques sont nécessaires pour déterminer la dose optimale de vitamine A nécessaire pour protéger contre la pancréatite. Les différences individuelles de métabolisme pourraient également devoir être prises en compte lors de l’établissement des niveaux cibles de vitamine.

Conclusion :
L’étude de Husain, Jegga et leurs collègues met en évidence les avantages potentiels d’un régime riche en vitamine A ou d’une supplémentation pour les enfants et les jeunes adultes traités à l’asparaginase pour la LAL. En réduisant le risque de pancréatite, cette approche diététique peut améliorer les résultats des patients et alléger le fardeau des effets secondaires graves. Cette étude souligne la puissance de l’intégration et de l’analyse des données dans la recherche translationnelle, en mettant l’accent sur l’importance des données du « monde réel » dans l’identification des modificateurs thérapeutiques pour améliorer l’efficacité des traitements. Bien que d’autres recherches soient nécessaires, l’étude ouvre la voie à des interventions diététiques innovantes qui peuvent compléter les traitements traditionnels du cancer et promouvoir une meilleure qualité de vie pour les patients atteints de leucémie.

Source : https://scienceblog.cincinnatichildrens.org/vitamin-a-may-reduce-pancreatitis-risk-during-all-treatment/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *