Perte de poids : moins de suivi, plus de résultats

Perdre du poids peut s’avérer difficile, et suivre tout ce que l’on mange et boit peut sembler insurmontable. Cependant, une étude récente publiée dans Obesity suggère qu’un suivi parfait n’est peut-être pas nécessaire pour parvenir à une perte de poids significative.

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université de Californie, de l’Université de Floride et de l’Université de Pennsylvanie, a suivi 153 participants à un programme de perte de poids pendant six mois. Les participants ont utilisé un programme numérique commercial de perte de poids pour déclarer eux-mêmes leur consommation alimentaire. L’objectif était de déterminer les seuils optimaux de suivi de l’alimentation afin de prédire une perte de poids de 3 %, 5 % et 10 % après six mois.

Les chercheurs ont collaboré avec WeightWatchers, qui prévoyait de lancer un nouveau programme de points personnels. Ce programme propose une approche personnalisée de l’attribution des points et comprend une liste d’aliments à zéro point, ce qui évite de devoir calculer les calories pour chaque aliment consommé. En autorisant les aliments à zéro point qui ne nécessitent pas de suivi, le programme visait à réduire la charge de travail que représente le suivi de l’alimentation.

Selon Sherry Pagoto, co-auteur de l’étude et professeur au département des sciences de la santé, le suivi alimentaire est un aspect fondamental des interventions de perte de poids et un facteur prédictif important des résultats. Toutefois, le nouveau programme visait à rendre le processus de suivi moins fastidieux en incorporant des aliments à point zéro.

Les chercheurs, dirigés par le professeur adjoint Ran Xu, ont analysé les données afin d’identifier les schémas associés à la réussite de la perte de poids. À l’aide d’une méthode appelée analyse de la courbe des caractéristiques d’exploitation du récepteur (ROC), ils ont découvert que les participants n’avaient pas besoin de suivre leur alimentation tous les jours pour obtenir une perte de poids cliniquement significative.

Xu explique : « Il s’avère qu’il n’est pas nécessaire de suivre son alimentation à 100 % chaque jour pour réussir. Plus précisément, dans cet essai, nous avons constaté qu’il suffisait de suivre environ 30 % des jours pour perdre plus de 3 % du poids, 40 % des jours pour perdre plus de 5 % du poids et près de 70 % des jours pour perdre plus de 10 % du poids. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’effectuer un suivi quotidien pour perdre une quantité de poids cliniquement significative ».

Ces résultats sont prometteurs car un programme de perte de poids de six mois vise généralement à réduire le poids de 5 à 10 %, ce qui s’est avéré bénéfique pour la santé lors d’essais cliniques antérieurs. La perte d’un à deux kilos par semaine, considérée comme un rythme sain, peut entraîner des changements au niveau de la tension artérielle, des taux de lipides, du risque de maladie cardiovasculaire et du risque de diabète.

Les chercheurs ont également identifié trois trajectoires distinctes de suivi du régime alimentaire au cours du programme de six mois. Le premier groupe, appelé « high trackers » ou « super users », a suivi son alimentation la plupart des jours de la semaine pendant toute la durée du programme et a perdu en moyenne environ 10 % de son poids.

Les membres du second groupe ont commencé à suivre régulièrement leur alimentation, mais ont progressivement réduit leur fréquence de suivi au fil du temps. Au bout de quatre mois, ils ne suivaient plus leur alimentation qu’un jour par semaine. Ils ont néanmoins réussi à perdre environ 5 % de leur poids en moyenne.

Le troisième groupe, connu sous le nom de « low trackers », n’a commencé à suivre son alimentation que trois jours par semaine et a fini par l’arrêter complètement au bout du troisième mois. C’est dans ce groupe que la perte de poids a été la plus faible, avec une moyenne de 2 % seulement.

Pagoto souligne l’importance de ces différents schémas de suivi, en précisant qu’ils permettent d’identifier quand une aide supplémentaire est nécessaire et qui en bénéficierait le plus. En comprenant ces schémas, les futurs programmes de perte de poids pourraient être adaptés pour améliorer le suivi des utilisateurs en fonction de leur groupe spécifique.

Bien que ces programmes numériques fournissent aux chercheurs des données précieuses, le processus nécessite une approche multidisciplinaire. Xu souligne l’importance de la science d’équipe, où les scientifiques cliniques et les scientifiques des données collaborent pour analyser les données et développer des approches ciblées. L’apprentissage automatique et la science des données fournissent des informations sur le comportement des utilisateurs, mais les scientifiques cliniques comme Sherry Pagoto jouent un rôle crucial dans l’interprétation des résultats et la détermination des actions appropriées.

Les chercheurs estiment que ces nouvelles connaissances et la possibilité d’adapter les programmes en fonction du comportement des utilisateurs conduiront à des interventions plus efficaces en matière de perte de poids. Les utilisateurs peuvent être rassurés : même s’ils oublient certaines entrées, ils peuvent obtenir des résultats significatifs. Grâce aux progrès technologiques et à la collaboration entre différentes disciplines, l’avenir des programmes de perte de poids semble prometteur, permettant aux individus de mieux atteindre les résultats souhaités.

Source : https://today.uconn.edu/2023/06/diet-tracking-how-much-is-enough-to-lose-weight/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *