Participation du magnésium à la sécrétion et aux voies de signalisation de l’insuline

Plusieurs études ont démontré la participation de différents minéraux dans les mécanismes impliquant l’insuline. Le magnésium, en particulier, joue un rôle important dans la sécrétion et l’action de cette hormone. Cette revue avait donc pour objectif d’examiner les dernières connaissances sur les aspects biochimiques et moléculaires de la participation du magnésium dans la sensibilité à l’insuline.

Le magnésium joue un rôle essentiel dans l’activité des protéines intracellulaires impliquées dans la sécrétion d’insuline dans les cellules β-pancréatiques, telles que la glucokinase, l’ATPase, et la protéine kinase C. De plus, des preuves suggèrent que ce minéral participe directement à la sensibilité à l’insuline et à la signalisation dans les tissus périphériques, en agissant sur la phosphorylation du récepteur tyrosine kinase et des substrats du récepteur de l’insuline 1, des substrats du récepteur de l’insuline 2, de la phosphatidylinositol 3-kinase et de la protéine kinase B, et indirectement en réduisant le stress oxydatif et l’inflammation chronique de bas grade, qui conduisent également à la résistance à l’insuline. Ainsi, la carence en magnésium est associée à l’intolérance au glucose, tandis que la supplémentation en magnésium stimule la sécrétion d’insuline dans les cellules pancréatiques et améliore la sensibilité à l’insuline dans les tissus périphériques.

Toutefois, les études doivent tenir compte de l’évaluation de l’état nutritionnel à court et à long terme du minéral avant d’effectuer une intervention, de la pertinence de l’équilibre des autres nutriments qui influencent la sécrétion et la sensibilité hormonale, et de l’état de santé de la population évaluée.

Source :https://link.springer.com/article/10.1007/s12011-021-02966-x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *