Obésité et résistance à l’insuline

L’obésité est connue pour être une maladie multifactorielle.

Dans sa pathogenèse, différents facteurs tels que l’inflammation chronique, le stress oxydatif, la résistance à l’insuline, les facteurs génétiques, les effets environnementaux, les perturbations végétatives et la nutrition déséquilibrée jouent un rôle important.
Cette étude décrit l’association de l’obésité et de la résistance à l’insuline avec l’inflammation chronique, les facteurs génétiques et épigénétiques. La littérature antérieure a été revue pour expliquer la relation de l’obésité avec les facteurs impliqués dans l’inflammation chronique de bas grade et l’insuline.
L’obésité est associée à une diminution de la sécrétion de ghréline, à une élévation des taux plasmatiques de leptine, au stress oxydatif, à une augmentation de l’activité phagocytaire des macrophages et à l’induction de la synthèse pro-inflammatoire de cytokines et d’interféron-gamma. L’obésité est liée à une diminution des taux d’enzymes du cytochrome P450 (CYP) et à une altération des processus de désintoxication. La carence en vitamines et minéraux peut également jouer un rôle important dans le développement du stress oxydatif et de l’inflammation chronique de l’obésité. Il existe des preuves d’associations entre une prédisposition génétique à l’obésité chez les enfants présentant des niveaux élevés de certains miARN.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *