Nouvelle approche dans le traitement de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD)

Des études antérieures suggèrent que la stéatose hépatique qui n’est pas causée par une consommation excessive d’alcool est étroitement liée au microbiome intestinal, et que des aliments adaptés au microbiote pourraient constituer une intervention non pharmacologique efficace pour traiter la NAFLD. Dans ce contexte, les chercheurs ont mené une étude nutritionnelle clinique auprès de patients atteints de la maladie. Les résultats ont été publiés dans le numéro actuel de la revue Cell Metabolism.

« Nous avons constaté que les participants à l’étude bénéficiaient d’un régime à base d’amidon résistant, car l’accumulation de graisse dans le foie malade était réduite. En outre, nous avons observé une augmentation de certains types de bactéries dans l’intestin des participants ; ces bactéries ont influencé positivement la réduction et le transport des graisses dans le foie. En outre, la réduction des biomarqueurs de la NAFLD et de l’inflammation indique une atténuation des lésions hépatiques », résume le responsable de l’étude, Gianni Panagiotou, professeur de dynamique du microbiome au pôle d’excellence « Équilibre du microvers » de l’université d’Iéna, en Allemagne.

L’amidon résistant a un effet prébiotique dans l’intestin

L’amidon résistant fait partie des fibres alimentaires et se trouve, par exemple, dans le pain, les pâtes et les légumineuses. Il est constitué de fibres non digestibles et a donc un effet prébiotique dans l’intestin. « Nous avons constaté que le nombre de bactéries bénéfiques augmente lorsque l’amidon résistant est métabolisé par les micro-organismes du côlon. Parallèlement, le nombre de bactéries nuisibles diminue », explique Yueqiong Ni, premier auteur de l’étude. « Cela conduit à un microbiome intestinal plus équilibré et a un impact positif sur la santé ».

L’équipe dirigée par Gianni Panagiotou, Weiping Jia, Yueqiong Ni et Huating Li a examiné des échantillons de sérum et de matières fécales de 200 participants sur une période de quatre mois. Ils ont constaté que le niveau de « Bacteroides stercoris », en particulier, augmente de manière significative plus la maladie est grave. « Dans notre étude, nous avons constaté que Bacteroides stercoris était moins présent chez les personnes testées après avoir consommé 40 grammes d’amidon résistant par jour », explique Huating Li, co-auteur de la réponse. Les chercheurs concluent qu’il est conseillé de consommer à chaque repas une petite quantité d’hydrates de carbone « sains » contenant naturellement de l’amidon résistant, tels que les céréales complètes, les légumineuses, les bananes vertes et les légumes riches en amidon comme les pommes de terre, afin d’atténuer la stéatose hépatique.

Actuellement, environ 30 % de la population mondiale souffre de stéatose hépatique non alcoolique. C’est pourquoi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère cette maladie comme une épidémie. Ce trouble métabolique peut également aggraver des maladies telles que le diabète de type 2 ou les maladies cardiovasculaires. Cependant, aucun traitement médicamenteux n’a encore été approuvé pour les patients concernés. Selon l’Association américaine pour l’étude des maladies du foie (American Association for the Study of Liver Diseases), des études plus approfondies et à plus long terme sont nécessaires pour formuler des recommandations nutritionnelles concrètes.

L’étude a été soutenue par la Fondation allemande pour la recherche (DFG) dans le cadre du pôle d’excellence Balance de la Microverse et par l’association Leibniz.

Source : https://www.cell.com/cell-metabolism/fulltext/S1550-4131(23)00297-8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *