L’obésité et le stress peuvent-ils influencer l’appétit ? Une nouvelle étude montre que tout est dans votre tête.

Dans une série d’expériences utilisant l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour mesurer l’activité cérébrale à travers les réseaux du cerveau, des chercheurs de la Johns Hopkins Medicine ont examiné comment le stress pouvait augmenter l’appétit chez les adultes obèses et maigres. Ils ont constaté que le stress a un impact sur les réponses du cerveau à la nourriture et que les adultes maigres et obèses réagissent aux signaux alimentaires dans les zones du cerveau associées à la récompense et au contrôle cognitif.

Les résultats de l’étude ont été publiés le 28 septembre dans PLOS ONE.

Pour l’étude, les chercheurs ont analysé les données de 29 adultes (16 femmes et 13 hommes), dont 17 étaient obèses et 12 maigres. Les participants ont effectué deux scans d’IRMf, l’un après un test de stress social et physiologique combiné.

Les participants ont été soumis à un test de réactivité aux mots alimentaires pendant les deux scans. Ce test consistait à examiner comment le cerveau des participants réagissait à des mots alimentaires, tels que des éléments de menu sur un tableau noir. Pour maximiser la réponse appétitive du cerveau, les chercheurs ont demandé aux participants d’imaginer l’aspect, l’odeur et le goût de chaque aliment, ainsi que la sensation qu’ils éprouveraient à le manger à ce moment-là. Ils leur ont également demandé à quel point ils désiraient chaque aliment et s’ils pensaient qu’ils ne devaient pas le manger, afin de voir comment ils abordaient la prise de décision liée à chaque aliment.

« Les expériences ont montré que les adultes obèses et maigres diffèrent quelque peu dans leurs réponses cérébrales, les adultes obèses montrant une moindre activation des régions de contrôle cognitif aux mots alimentaires, en particulier aux aliments riches en calories, comme par exemple le fromage grillé », explique la chercheuse principale, Susan Carnell, professeur associé de psychiatrie et de sciences du comportement à la faculté de médecine de l’université Johns Hopkins.

L’étude a également montré que le stress a un impact sur les réponses du cerveau à la nourriture. Par exemple, les personnes obèses présentaient une plus grande activation du cortex orbitofrontal, une région cérébrale de récompense, après le test de stress. « Nous avons également trouvé des preuves de liens entre le stress subjectif ressenti et les réponses du cerveau dans les deux groupes. Par exemple, les personnes maigres qui se sont déclarées plus stressées après le test ont montré une activation plus faible du cortex préfrontal dorsolatéral, une zone cérébrale clé pour le contrôle cognitif », déclare Carnell.

Source :https://www.hopkinsmedicine.org/news/newsroom/news-releases/can-obesity-and-stress-influence-appetite-new-johns-hopkins-study-shows-its-all-in-your-head

Un commentaire

  • Dans notre société actuelle, où beaucoup d’aliments purement et simplement nocifs sont présentés sous des angles appétissants, il est très intéressant de savoir qu’il existe un lien entre stress et activation du contrôle cognitif. Tout autant qu’entre obésité et zone de récompense. Mon beau-père cherche actuellement à faire une liposuccion, n’arrivant pas de but en blanc à contrôler ses impulsions. Cet article devrait apaiser sa conscience un peu. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *