L’impact de l’heure du dîner sur la tolérance au glucose

Le prédiabète, défini comme une glycémie à jeun altérée et/ou une tolérance au glucose altérée, est un facteur de risque bien connu du diabète de type 2, touchant une part importante de la population. Cependant, de manière surprenante, plus d’un tiers des individus qui développent ultérieurement un diabète de type 2 avaient une tolérance au glucose normale au départ dans le cadre d’études longitudinales. Des recherches récentes suggèrent que prévenir l’élévation postprandiale (après le repas) de la glycémie peut réduire le développement du diabète de type 2. Cela a suscité un intérêt croissant pour le rôle de l’heure des repas dans le traitement et la prévention du diabète.

Chez les sujets en bonne santé, l’heure irrégulière des repas, associée à une forte consommation d’énergie ou de glucides, peut influencer le métabolisme de la glycémie avant et après les repas. Un dîner tardif, en particulier après 20h00, a été associé à une augmentation des niveaux de glucose postprandial, affectant négativement les niveaux de glucose après le petit-déjeuner suivant et entraînant des fluctuations de la glycémie sur 24 heures. Cependant, la plupart des études précédentes se sont concentrées sur des retards significatifs des repas de plus de 3 heures et n’ont pas examiné les effets de retards plus courts, tels qu’une heure, sur la tolérance au glucose. Cette étude visait à étudier la relation entre le retard de l’heure du dîner, allant de 1 à 3 heures, et les fluctuations ultérieures de la glycémie chez des adultes en bonne santé.

Seize jeunes adultes ont participé à cette étude, mais quatre ont abandonné. Les douze participants restants, comprenant quatre hommes et huit femmes, avaient en moyenne 23,2 ans et un indice de masse corporelle (IMC) moyen de 23,1. Les critères d’exclusion comprenaient divers facteurs tels qu’un IMC élevé, des maladies métaboliques, des antécédents familiaux de diabète, des allergies alimentaires, la consommation d’alcool, etc. Les participants ont fourni des informations sur leurs paramètres de mode de vie quotidiens, y compris l’alimentation, le sommeil et l’activité physique.

Il s’agissait d’un essai ouvert, randomisé, en cross-over, mené sur 14 jours. Les participants ont suivi un horaire de repas fixe pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner certains jours. Lors de jours d’intervention spécifiques, le dîner a été retardé d’une, de deux ou de trois heures, de manière aléatoire. Les participants ont consommé des repas de test pour le déjeuner et le dîner chaque jour, et ils ont été étroitement surveillés tout au long de l’étude.

Diverses mesures ont été prises, notamment des évaluations de la composition corporelle et une surveillance continue de la glycémie pour mesurer les concentrations de glucose interstitiel à intervalles de 15 minutes. L’étude a analysé les niveaux de glucose pré- et postprandiaux, les élévations de glucose après les repas et la surface sous la courbe incrémentielle pour les niveaux de glucose sur 180 minutes après un repas.

L’étude a révélé que même un retard d’une heure dans l’heure du dîner entraînait une intolérance au glucose, avec des niveaux de pic de glucose plus élevés et un retour au niveau de base retardé. Le pic de glucose postprandial, les élévations de glucose après les repas et la surface sous la courbe incrémentielle étaient significativement élevés avec un retard d’une heure par rapport à l’heure du dîner standard. De manière intéressante, il n’y avait pas de différences significatives entre les retards d’une, de deux ou de trois heures en ce qui concerne ces paramètres de glucose.

Les raisons de ce phénomène ne sont pas encore complètement comprises, mais il pourrait être influencé par des facteurs régulés par le système circadien, notamment la sensibilité à l’insuline, la réponse des cellules β et diverses hormones qui modulent l’homéostasie du glucose. L’étude a également suggéré que le temps de jeûne prolongé entre le déjeuner et le dîner pourrait influencer ces résultats.

En conclusion, cette étude a montré qu’un retard d’une heure seulement dans l’heure du dîner peut altérer la tolérance au glucose ultérieure, mettant en lumière l’importance de l’heure des repas pour maintenir des niveaux de glucose sains. Ces résultats soulignent l’importance d’améliorer les habitudes alimentaires, notamment en respectant des horaires de repas réguliers et en évitant les dîners tardifs. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces conclusions et explorer plus en détail les mécanismes sous-jacents, offrant potentiellement des pistes pour la gestion et la prévention du diabète.

Source : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jdi.14104

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *