Les Résultats Surprenants d’une Étude Mondiale sur l’Alimentation Défient les Conseils de Limiter les Produits Laitiers Gras

Dans le paysage toujours changeant des conseils nutritionnels, il est facile de se perdre dans les messages contradictoires sur ce qui constitue une alimentation saine. Pendant des années, les aliments pauvres en matières grasses ont été mis en avant, avec des étiquettes nutritionnelles mettant l’accent sur la nécessité de réduire la consommation de matières grasses et de graisses saturées. Cependant, une étude mondiale révolutionnaire, menée dans 80 pays sur tous les continents habités par l’Institut de recherche en santé des populations de l’Université McMaster au Canada, remet en question cette sagesse traditionnelle. L’étude suggère qu’un régime riche en aliments protecteurs tels que les noix, le poisson et les produits laitiers (principalement riches en matières grasses) est plus efficace pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires (MCV) et de décès prématuré. De manière surprenante, l’étude a révélé que la viande rouge non transformée et les céréales complètes avaient peu d’impact sur les résultats, ce qui incite à une réévaluation des directives alimentaires.

La Puissance des Aliments Protecteurs :

Les résultats de l’étude soulignent le potentiel remarquable des aliments protecteurs pour favoriser la santé cardiaque et le bien-être général. Les régimes mettant l’accent sur les fruits, les légumes, les produits laitiers riches en matières grasses, les noix, les légumineuses et le poisson ont été systématiquement associés à un risque réduit de MCV et de mortalité dans toutes les régions du monde. Contrairement à ce que l’on pensait, les produits laitiers riches en matières grasses pourraient offrir des bienfaits protecteurs contre l’hypertension artérielle et le syndrome métabolique, remettant en question l’idée prédominante selon laquelle les options faibles en matières grasses sont toujours supérieures.

Le Score Diététique PURE :

Pour évaluer l’impact de modèles alimentaires spécifiques sur les résultats de santé, les chercheurs ont créé le score diététique PURE, basé sur six aliments liés à la longévité. Ces aliments comprenaient 2 à 3 portions de fruits par jour, 2 à 3 portions de légumes par jour, 3 à 4 portions de légumineuses par semaine, 7 portions de noix par semaine, 2 à 3 portions de poisson par semaine et 14 portions de produits laitiers (principalement riches en matières grasses, mais excluant le beurre ou la crème fouettée) par semaine. Les participants obtenant un score supérieur à la médiane pour chaque composant ont atteint le score diététique le plus élevé de six, représentant le modèle alimentaire le plus sain.

Des Résultats de Santé Impressionnants :

L’étude, menée auprès de 147 642 personnes dans 21 pays, a suivi les participants pendant une période médiane de 9,3 ans. Ceux qui adhéraient au régime le plus sain (score de 5 ou plus) présentaient un risque de décès inférieur de 30 %, une probabilité de MCV inférieure de 18 %, un risque d’infarctus du myocarde inférieur de 14 % et un risque d’accident vasculaire cérébral inférieur de 19 % par rapport à ceux qui suivaient le régime le moins sain (score de 1 ou moins). Ces associations se sont révélées cohérentes dans des populations diverses, notamment des personnes généralement en bonne santé, des patients atteints de MCV et des personnes atteintes de diabète, dans différentes économies.

Redéfinir la Nutrition Mondiale :

L’auteur principal de l’étude, le professeur Salim Yusuf, souligne que les résultats remettent en question les croyances actuelles et mettent en lumière un problème mondial de santé potentiel : la sous-nutrition. Dans les régions où l’apport calorique est faible et dominé par les glucides raffinés, comme en Asie du Sud, en Chine et en Afrique, une grande proportion de décès et de MCV peut être attribuée à une consommation insuffisante d’énergie et d’aliments protecteurs, plutôt qu’à la surnutrition. Cette révélation appelle à un changement de paradigme pour aborder le fardeau des maladies chroniques liées à l’alimentation.

Réévaluer les Produits Laitiers Gras :

L’étude a incité des experts comme le Dr Dariush Mozaffarian de l’Université Tufts à demander une réévaluation des directives qui découragent la consommation de produits laitiers riches en matières grasses. Avec les preuves croissantes de cette étude et des recherches précédentes, il devient essentiel que les directives nutritionnelles, les pratiques de l’industrie alimentaire, les politiques gouvernementales et les interventions médicales reflètent les découvertes scientifiques. Des millions de vies dans le monde pourraient dépendre de la mise en œuvre sage de ces conclusions basées sur des données probantes.

Conclusion :

Alors que nous naviguons dans l’évolution constante de la nutrition, il est essentiel d’adopter des recherches fondées sur des données probantes qui remettent en question les idées conventionnelles. L’étude mondiale sur l’alimentation menée dans 80 pays a mis en lumière le pouvoir des aliments protecteurs, mettant en évidence l’importance des produits laitiers riches en matières grasses, des noix, du poisson et des légumineuses pour favoriser la santé cardiaque et la longévité. En réévaluant les directives alimentaires et en mettant en œuvre des politiques conformes aux résultats scientifiques, nous avons le potentiel d’avoir un impact profond sur la santé publique et de réduire le fardeau des maladies chroniques liées à l’alimentation dans le monde entier. Il est temps de faire un pas en avant et d’embrasser le véritable potentiel d’une alimentation riche en aliments protecteurs.

Source : https://www.escardio.org/The-ESC/Press-Office/Press-releases/Global-diet-study-challenges-advice-to-limit-high-fat-dairy-foods

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *