Les régimes méditerranéens et pauvres en graisses réduisent le risque de décès ou de crise cardiaque chez les patients à haut risque cardiovasculaire.

Les programmes alimentaires méditerranéens et à faible teneur en matières grasses réduisent la probabilité de décès et de crise cardiaque chez les patients présentant un risque élevé de maladie cardiovasculaire. C’est ce que révèle la première étude comparative basée sur des essais randomisés de sept programmes alimentaires populaires, publiée aujourd’hui par The BMJ.

Les programmes diététiques sont des régimes accompagnés ou non d’exercices et d’autres mesures de soutien en matière de comportement de santé (par exemple, le sevrage tabagique).

Les programmes alimentaires méditerranéens sont également susceptibles de réduire le risque d’accident vasculaire cérébral, mais d’autres programmes alimentaires n’ont montré que peu ou pas de bénéfice par rapport à une intervention minimale (par exemple, le régime alimentaire habituel ou de brefs conseils diététiques donnés par un professionnel de la santé).

Les lignes directrices actuelles recommandent divers programmes alimentaires pour les patients présentant un risque cardiovasculaire accru, mais elles s’appuient généralement sur des données peu fiables provenant d’études non randomisées.

Plusieurs analyses d’essais contrôlés randomisés ont suggéré que certains régimes et programmes alimentaires peuvent réduire les événements cardiovasculaires majeurs, tels que les crises cardiaques (infarctus du myocarde) et les accidents vasculaires cérébraux, mais tout impact bénéfique sur la mortalité est encore incertain.

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont recherché dans les bases de données des essais randomisés portant sur l’impact des programmes diététiques sur la prévention des décès et des événements cardiovasculaires majeurs chez les patients présentant un risque accru de maladie cardiovasculaire.

Quarante essais éligibles ont été identifiés, impliquant 35 548 participants qui ont été suivis pendant une moyenne de trois ans dans le cadre de sept programmes alimentaires (faible teneur en matières grasses, 18 essais ; méditerranéen, 12 ; très faible teneur en matières grasses, 6 ; modification de la teneur en matières grasses, 4 ; combinaison de faible teneur en matières grasses et en sodium, 3 ; Ornish, 3 ; Pritikin, 1). Certains essais comparaient deux régimes différents (par exemple, méditerranéen ou pauvre en graisses).

Les chercheurs ont évalué la qualité méthodologique de chaque essai et ont jugé que 13 d’entre eux présentaient un faible risque global de biais et 27 un risque élevé.

Sur la base de preuves de certitude modérée, les programmes alimentaires méditerranéens étaient meilleurs que l’intervention minimale pour prévenir la mortalité toutes causes confondues (17 décès de moins pour 1000 sur cinq ans), les crises cardiaques non mortelles (17 de moins pour 1000) et les accidents vasculaires cérébraux (7 de moins pour 1000) chez les patients présentant un risque intermédiaire de maladie cardiovasculaire.

Les programmes à faible teneur en matières grasses étaient également supérieurs à l’intervention minimale, avec une certitude modérée, pour la prévention de la mortalité toutes causes confondues (9 décès en moins pour 1000) et des crises cardiaques non mortelles (7 en moins pour 1000).

Lorsqu’ils sont comparés les uns aux autres, les programmes méditerranéens et les programmes à faible teneur en matières grasses ne présentent pas de différences convaincantes en termes de mortalité ou d’infarctus du myocarde non mortel.

Les effets absolus des deux programmes alimentaires étaient plus prononcés chez les patients présentant un risque élevé de maladie cardiovasculaire (36 décès toutes causes confondues pour 1 000 et 39 décès cardiovasculaires pour 1 000 en moins chez les personnes ayant suivi le programme alimentaire méditerranéen sur une période de 5 ans).

Les cinq autres programmes alimentaires ne présentaient généralement que peu ou pas de bénéfices par rapport à une intervention minimale généralement basée sur des preuves de certitude faible à modérée.

Les chercheurs reconnaissent plusieurs limites, comme l’impossibilité de mesurer l’adhésion aux programmes diététiques et la possibilité que certains des avantages soient dus à d’autres éléments des programmes, comme le traitement médicamenteux et l’aide au sevrage tabagique.

Néanmoins, il s’agit d’une étude complète basée sur une recherche documentaire approfondie, une évaluation rigoureuse des biais des études et le respect des méthodes GRADE reconnues pour évaluer la certitude des estimations.

Ils concluent donc que les programmes alimentaires méditerranéens et à faible teneur en matières grasses « réduisent probablement le risque de mortalité et d’infarctus du myocarde non mortel chez les personnes présentant un risque cardiovasculaire accru ».

Les programmes alimentaires méditerranéens sont également susceptibles de réduire le risque d’accident vasculaire cérébral, tandis que les autres programmes alimentaires nommés n’étaient généralement pas supérieurs à l’intervention minimale, ajoutent-ils.

Source :https://www.bmj.com/content/380/bmj-2022-072003

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *