Les personnes souffrant de troubles du sommeil risquent de souffrir de stéatose hépatique

Les personnes ayant un mode de vie sédentaire et des habitudes de sommeil malsaines pourraient développer une maladie du foie gras, selon une nouvelle étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism de l’Endocrine Society.

La stéatose hépatique est la principale maladie chronique du foie dans le monde, touchant environ un quart de la population adulte. Ce type de maladie du foie est alimenté par des troubles métaboliques tels que l’obésité et le diabète de type 2. La maladie du foie gras peut évoluer vers une maladie du foie en phase terminale, ce qui représente un fardeau sanitaire et économique majeur pour la société.

« Les personnes qui dorment mal la nuit et qui font des siestes prolongées le jour ont le plus grand risque de développer une maladie du foie gras », a déclaré Yan Liu, Ph.D., du Guangdong Provincial Key Laboratory of Food, Nutrition and Health et de l’Université Sun Yat-sen à Guangzhou, en Chine. « Notre étude a révélé qu’une amélioration modérée de la qualité du sommeil était liée à une réduction de 29 % du risque de maladie du foie gras. »

Les chercheurs ont analysé les comportements de sommeil autodéclarés par 5 011 adultes chinois atteints de maladie du foie gras et ont constaté que le coucher tardif, le ronflement et les siestes diurnes de plus de 30 minutes étaient significativement associés à un risque accru de maladie du foie gras. Une amélioration modérée de la qualité du sommeil a entraîné une réduction de 29 % du risque de stéatose hépatique. Les personnes ayant un mode de vie sédentaire et une obésité centrale subissaient des effets négatifs plus marqués que les autres en raison de la mauvaise qualité du sommeil.

« Notre étude prouve que même une amélioration modérée de la qualité du sommeil est suffisante pour réduire le risque de stéatose hépatique, en particulier chez les personnes ayant un mode de vie malsain », a déclaré Liu. « Étant donné que de grandes proportions de sujets souffrant d’une mauvaise qualité de sommeil sont sous-diagnostiquées et insuffisamment traitées, notre étude appelle à davantage de recherches dans ce domaine et de stratégies pour améliorer la qualité du sommeil. »

Source :https://www.endocrine.org/news-and-advocacy/news-room/2022/people-with-poor-sleep-behaviors-may-be-at-risk-for-fatty-liver-disease

Un commentaire

  • Jacinthe Bouvet

    Vivement un traitement pour cette maladie , fléau des temps modernes. Aussi important que le diabète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *