Les Marqueurs Thyroïdiens en tant que prédicteurs du Trouble Post-Partum

L’objectif de cette revue de littérature narrative était d’explorer la relation entre la fonction endocrinienne de la thyroïde et le PMD (Trouble Mental Postnatal) et d’investiguer si les marqueurs thyroïdiens pourraient être utilisés comme des prédicteurs du PMD. On sait déjà que les dysfonctionnements thyroïdiens, tels que l’hypothyroïdie ou l’auto-immunité thyroïdienne, jouent un rôle dans les MDD (Maladies Dépressives Majeures). Cependant, le lien entre les dysfonctionnements thyroïdiens et le PMD en particulier reste encore flou. En se basant sur des articles correspondant à nos critères de recherche, nous avons pu explorer différents prédicteurs possibles du PPD, y compris la TSH, la TTR, la TBG et les anticorps anti-TPO qui ont montré une relation positive de différentes manières.

Plusieurs études ont illustré l’association entre les hormones thyroïdiennes et le PMD. Des niveaux élevés de TSH pendant l’accouchement sont significativement associés à un risque accru de PMD à 6 mois après l’accouchement [27], cependant, d’autres études ont jeté le doute sur cette association [28,29]. Des niveaux bas de T4 total et libre au troisième trimestre ont également été corrélés au PMD dans une étude prospective menée par Pedersen et al [26]. De plus, même l’hypothyroïdie subclinique pendant la grossesse a été associée à une incidence plus élevée de dépression dans la période postnatale [2]. Néanmoins, le dépistage précoce et le traitement avec de la T4 pour l’hypothyroïdie subclinique pendant la grossesse n’ont pas amélioré les résultats des symptômes dépressifs postnatals, suggérant une complexité supplémentaire de l’interaction pathophysiologique [2].

La relation entre les anticorps anti-TPO et le PMD était la plus notable. Plusieurs études ont trouvé une corrélation significative et positive entre les symptômes du PMD et les anticorps anti-TPO. Wesseloo et al. ont constaté que la présence d’anticorps anti-TPO avait un OR de 3,8 (IC à 95 % 1,3-11,6) (par rapport à l’absence des auto-anticorps) pour le développement du PMD à quatre mois après l’accouchement, tandis que Groer et Vaughan ont trouvé une corrélation significative et positive similaire entre les anticorps anti-TPO et le PMD à six mois après l’accouchement [32,33]. Les anticorps anti-TPO semblent être un marqueur prometteur pour continuer à explorer leur rôle dans le PMD. Une partie de cette promesse peut être attribuée à l’interaction avec le cortisol. À mesure que les niveaux de cortisol atteignent leur pic puis chutent dans la période postnatale, la perte de leurs effets immunosuppresseurs peut permettre un épisode d’auto-immunité hypothyroïdienne et les symptômes dépressifs associés chez les mères positives aux anticorps anti-TPO [20,36]. Une étude de 2018 a démontré la corrélation négative entre le cortisol et les autoanticorps thyroïdiens post-partum, et leurs pics et creux, respectivement, à 36 semaines de grossesse [36]. Malgré les associations entre le cortisol, les anticorps anti-TPO et le PMD, la relation est probablement multifactorielle, et des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer la causalité et l’utilité clinique des anticorps anti-TPO en tant que marqueur isolé du PMD.

Une grande limitation à l’étude de cette relation est la complexité de la physiopathologie du PMD qui n’est pas encore entièrement comprise. Les changements physiologiques tout au long de la grossesse sont dictés par de nombreux processus interconnectés qui peuvent chacun influencer et prédisposer les femmes à des changements dans la période postnatale conduisant au PMD. La nature fluctuante des hormones thyroïdiennes pendant la grossesse et le post-partum, ainsi que le manque de preuves cohérentes sur les mécanismes causatifs reliant la fonction thyroïdienne et le PMD, compliquent leur application clinique. Cela pose également un défi pour isoler et explorer une relation spécifique, comme les anticorps anti-TPO et le PMD. Une limitation supplémentaire réside dans la population étudiée. Les femmes enceintes sont une population vulnérable et les études cliniques peuvent être difficiles à mettre en place pendant la période prénatale et postnatale.

Pour l’avenir, davantage d’études sont nécessaires pour explorer cette relation car il y avait un nombre limité d’études en raison de la rareté de la recherche disponible sur ce sujet. Les futures études devront inclure des échantillons plus importants, car les tailles d’échantillons dans les articles étudiés étaient relativement petites et limitaient globalement la généralisabilité des résultats. Un marqueur prometteur lié au dysfonctionnement thyroïdien est les anticorps anti-TPO, et la recherche devrait être adaptée aux études cliniques pour explorer les mécanismes endocriniens complexes impliquant à la fois la fonction thyroïdienne et la santé mentale. L’identification de prédicteurs fiables du PMD peut conduire à de meilleures orientations préventives et à des interventions ciblées pendant la période prénatale pour les patientes à haut risque, améliorant ainsi les résultats en matière de santé maternelle et infantile.

Conclusions


Les dysfonctionnements thyroïdiens peuvent être liés à la physiopathologie du PMD via un état hypothyroïdien transitoire en fin de période postnatale. Les femmes positives aux anticorps anti-TPO au troisième trimestre peuvent être asymptomatiques, en raison des effets immunosuppresseurs du cortisol élevé. Cependant, après la chute précipitée du cortisol post-partum, la thyroïdite auto-immune peut épuiser les réserves de T4, conduisant à un état hypothyroïdien et dépressif en fin de période postnatale. La positivité aux anticorps anti-TPO est associée à un risque accru de symptômes du PMD au-delà de la période PB (Période Périnatale). Les titres d’anticorps anti-TPO anténatals peuvent être utiles pour identifier les patientes à haut risque de PMD. Cependant, une élaboration de la physiopathologie et des études cliniques est nécessaire pour déterminer si la mise en œuvre de cette stratégie peut conduire à une amélioration significative des résultats du PMD. Bien que l’auto-immunité thyroïdienne puisse être un prédicteur utile du PMD, elle ne peut pas expliquer tous les cas de PMD, car l’étiologie est probablement multifactorielle et demande des recherches approfondies supplémentaires.

Source : https://www.cureus.com/articles/181368-thyroid-predictors-of-postpartum-mood-disorders#!/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *