Les enfants et la diversité des comportements alimentaires

Selon une nouvelle étude de l’université d’Aston, les enfants se répartissent globalement en quatre catégories d’alimentation et les parents nourrissent leurs enfants différemment en fonction de ces catégories.

Les quatre catégories identifiées par le Dr Abigail Pickard et l’équipe de l’école de psychologie sont les suivantes : « avide », « heureux », « typique » et « difficile ».

Au Royaume-Uni, environ un cinquième des enfants sont en surpoids ou souffrent d’obésité lorsqu’ils entrent à l’école, et ce chiffre passe à environ un tiers lorsqu’ils quittent l’école primaire à l’âge de 11 ans. L’équipe a cherché à identifier les modèles de comportement alimentaire et la manière dont ils sont associés au tempérament, aux pratiques d’alimentation et à l’insécurité alimentaire, afin de prédire quels sont les enfants les plus exposés au risque de surcharge pondérale.

Les mangeurs typiques représentaient 44 % des enfants participant à l’étude, tandis que les mangeurs difficiles en représentaient 16 %. Mais ce qui a le plus intéressé l’équipe, c’est qu’environ un jeune enfant sur cinq présentait une « avidité alimentaire », c’est-à-dire qu’il appréciait davantage la nourriture, mangeait plus vite et était moins sensible aux signaux internes de « satiété ». Les comportements qui distinguent les enfants qui mangent avec avidité de ceux qui mangent avec plaisir (17,7 % des enfants de l’étude), qui ont des réactions positives similaires à l’égard de la nourriture, sont l’envie de manger (ou de manger plus) à la vue, à l’odeur ou au goût d’un aliment appétissant, et un niveau plus élevé de suralimentation émotionnelle. Combinés, ces comportements alimentaires peuvent conduire à une suralimentation et à une prise de poids consécutive.

Le Dr Pickard et son équipe, qui comprend des universitaires d’Aston University, de Loughborough University, du Kings College London et de l’University College London (UCL), ont également montré qu’il existe des différences significatives dans le tempérament des enfants et dans les pratiques alimentaires des personnes qui s’occupent d’eux entre chacun des quatre types de comportement alimentaire. Les enfants qui mangent avec avidité sont plus susceptibles d’être actifs et impulsifs, et les personnes qui s’occupent d’eux sont plus susceptibles de leur donner de la nourriture pour réguler leurs émotions ou pour restreindre leur alimentation pour des raisons de santé. Les enfants avides de nourriture sont également moins en sécurité alimentaire que les enfants qui ont des comportements alimentaires heureux ou typiques.

L’investigateur principal du projet, le professeur Jackie Blissett, a déclaré :

« Bien que les pratiques alimentaires soient des cibles d’intervention clés pour modifier le comportement alimentaire des enfants et les résultats en matière de poids, peu d’évaluations ont été réalisées sur la manière dont les pratiques alimentaires interagissent avec les comportements d’approche de la nourriture des enfants pour prédire le comportement alimentaire.

Elle a expliqué que malgré la connaissance de l’influence des pratiques alimentaires sur le poids des enfants, les conseils de santé publique actuels sont génériques et ne reflètent pas la variabilité de l’appétit des enfants. Les parents et les personnes qui s’occupent des enfants peuvent se sentir frustrés lorsqu’ils essaient de gérer l’apport alimentaire de leur enfant. En définissant les quatre profils de comportement alimentaire, ce projet de recherche, financé par le Conseil de la recherche économique et sociale et codéveloppé par le professeur Claire Farrow, le docteur Clare Llewellyn, le docteur Moritz Herle, le professeur Emma Haycraft et le docteur Helen Croker, permettra d’identifier plus facilement les meilleures pratiques alimentaires pour chaque profil de comportement alimentaire et de fournir des conseils efficaces et personnalisés aux parents.

Le Dr Pickard a déclaré :

« Les parents peuvent utiliser cette recherche pour les aider à comprendre quel type de comportement alimentaire présente leur enfant. En fonction du profil alimentaire de l’enfant, les parents peuvent alors adapter leurs stratégies d’alimentation à l’enfant. Par exemple, les enfants présentant un profil d’alimentation avide peuvent bénéficier davantage d’une restriction cachée de la nourriture, c’est-à-dire ne pas apporter d’en-cas à la maison ou ne pas exposer d’aliments, afin de réduire la tentation de manger des aliments en l’absence de faim. En revanche, si un enfant a un comportement alimentaire difficile, il serait plus bénéfique pour lui d’avoir une sélection équilibrée et variée d’aliments en vitrine afin de l’encourager à essayer des aliments sans être contraint de les manger ».

L’équipe a prévu de poursuivre ses recherches sur le comportement alimentaire avide et invitera les soignants et leurs enfants dans le laboratoire spécialisé dans le comportement alimentaire de l’université d’Aston afin d’avoir une meilleure idée de ce à quoi ressemblent les comportements alimentaires avides et typiques dans un contexte réel. Tous les résultats seront intégrés et les chercheurs travailleront avec les parents pour élaborer des lignes directrices réalistes et utiles en matière d’alimentation afin de réduire la consommation d’en-cas appétissants par les enfants.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0195666323025126?via%3Dihub

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *