Les cellules immunitaires pourraient jouer un rôle protecteur dans la maladie d’Alzheimer

Une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Immunology a révélé qu’un sous-ensemble de cellules immunitaires, appelées cellules T CD8+, pourraient jouer un rôle protecteur dans la maladie d’Alzheimer. L’étude, menée par des scientifiques de l’hôpital pour enfants de St. Jude, a found que les cellules T CD8+ interagissent avec les microglies, un autre type de cellule immunitaire dans le cerveau, pour limiter la charge en bêta-amyloïde et préserver les capacités cognitives.

Les plaques amyloïdes bêta sont un signe distinctif de la maladie d’Alzheimer. Ces plaques se forment lorsque les protéines bêta-amyloïde s’agglomèrent dans le cerveau. Au fur et à mesure que les plaques s’accumulent, elles peuvent endommager les neurones et entraîner une démence et une perte de mémoire.

L’étude de St. Jude a révélé que les cellules T CD8+ peuvent ralentir l’accumulation de plaques amyloïdes bêta en interagissant avec les microglies. Les microglies sont des cellules immunitaires qui sont responsables de l’élimination des plaques amyloïdes bêta du cerveau. Cependant, à mesure que la maladie d’Alzheimer progresse, les microglies peuvent devenir dysfonctionnelles et perdre leur capacité à éliminer ces plaques.

L’interaction entre les cellules T CD8+ et les microglies est médiée par une protéine appelée CXCR6. CXCR6 est exprimé à la surface des cellules T CD8+ et se lie à une protéine appelée CXCL16 qui est exprimée à la surface des microglies. Cette interaction permet aux deux cellules de communiquer entre elles et de coordonner leurs activités.

L’étude a found que la suppression du gène CXCR6 chez les souris a entraîné des symptômes de la maladie d’Alzheimer plus graves. Cela suggère que CXCR6 est essentiel pour le rôle protecteur des cellules T CD8+ dans la maladie d’Alzheimer.

Les résultats de cette étude suggest que les cellules T CD8+ pourraient être une cible potentielle pour de nouvelles thérapies contre la maladie d’Alzheimer. En ciblant la voie CXCR6, les scientifiques pourraient stimuler l’activité des cellules T CD8+ et les aider à éliminer les plaques amyloïdes bêta du cerveau.

Il s’agit d’une découverte prometteuse, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats et développer de nouvelles thérapies à partir de cette découverte. En attendant, il existe un certain nombre de choses que les gens peuvent faire pour réduire leur risque de développer la maladie d’Alzheimer, comme manger une alimentation saine, faire de l’exercice régulièrement et rester mentalement actif.

Si vous êtes concerned de votre risque de développer la maladie d’Alzheimer, parlez-en à votre médecin. Ils peuvent vous aider à évaluer votre risque et à élaborer un plan pour le réduire.

Source : https://www.stjude.org/media-resources/news-releases/2023-medicine-science-news/t-cells-in-brain-slow-progression-of-alzheimers-disease.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *