Les bienfaits potentiels du xanthohumol du houblon dans le traitement du syndrome métabolique : une étude prometteuse

Les chercheurs ont mené des expériences sur un modèle murin et des cultures en laboratoire pour démontrer qu’un composé dérivé du houblon peut réduire l’abondance d’une bactérie intestinale spécifique associée au syndrome métabolique.

Cette découverte, récemment publiée dans la revue Microbiome, revêt une importance considérable étant donné que près de 35 % des adultes aux États-Unis souffrent du syndrome métabolique. Le syndrome métabolique est une affection courante et grave associée à des dysfonctionnements cognitifs, à la démence, ainsi qu’à un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2.

Un régime riche en matières grasses saturées déclenche une inflammation chronique de faible intensité dans le corps, ouvrant ainsi la voie au développement du syndrome métabolique.

Les individus sont considérés comme atteints du syndrome métabolique s’ils présentent au moins deux des affections suivantes : obésité abdominale, hypertension artérielle, taux élevé de sucre dans le sang, faibles niveaux de cholestérol « bon » et taux élevés de triglycérides.

Les chercheurs de l’Université d’État de l’Oregon (OSU) explorent depuis longtemps les avantages potentiels pour la santé du xanthohumol, un composé présent dans le houblon, et de ses dérivés, notamment le tétrahydroxanthohumol, couramment abrégé en TXN et XN respectivement.

Le XN appartient au groupe des polyphénols, un type de composé organique présent en abondance dans les plantes et utilisé depuis longtemps dans la médecine traditionnelle. Il fait partie des flavonoïdes, une classe de produits naturels présents dans diverses sources telles que les fruits, les légumes, les céréales, l’écorce, les racines, les tiges, les fleurs, le thé et le vin, connus pour leurs effets positifs sur la santé.

Dans leur dernière étude, les chercheurs de l’OSU College of Pharmacy et du Carlson College of Veterinary Medicine ont démontré que le TXN pouvait atténuer le syndrome métabolique en réduisant la population de l’espèce Oscillibacter dans le microbiote intestinal.

Le microbiote intestinal humain est composé de plus de 10 billions de cellules microbiennes provenant d’environ 1 000 espèces bactériennes différentes, constituant une communauté cruciale de microorganismes dans le tractus digestif.

Les chercheurs ont utilisé une méthode informatique novatrice, l’analyse des réseaux transrégionaux, pour découvrir le mécanisme du TXN dans l’atténuation du syndrome métabolique. Cette analyse prédit les types de bactéries qui régulent l’expression des gènes mammaliens liés à certaines affections médicales.

« Le TXN agit principalement en réduisant l’abondance des microbes intestinaux qui favorisent l’inflammation dans les cellules macrophages du tissu adipeux et en améliorant le métabolisme du glucose », a expliqué Andrey Morgun de l’OSU College of Pharmacy.

Les cellules macrophages sont de grandes cellules faisant partie du système immunitaire. Un métabolisme altéré du glucose, c’est-à-dire la capacité du corps à convertir le sucre en carburant, est courant en cas d’obésité, ce qui entraîne une prise de poids supplémentaire.

Un métabolisme du glucose défectueux affecte également négativement la physiologie cérébrale et est à la base de plusieurs affections médicales, notamment le diabète et les maladies cardiaques.

« Exposées à un régime riche en matières grasses typique du syndrome métabolique, les bactéries Oscillibacter favorisent l’inflammation du tissu adipeux qui alimente le syndrome », a ajouté Morgun. « Le TXN sert à limiter le nombre d’espèces d’Oscillibacter. »

L’étude a reçu le soutien d’organisations telles que les National Institutes of Health, le Linus Pauling Institute, le College of Pharmacy de l’OSU, Hopsteiner, Inc., et le OSU Foundation Buhler-Wang Research Fund.

Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’une initiative collaborative plus vaste dirigée par des chercheurs de l’OSU et d’autres experts, explorant des moyens d’améliorer la santé humaine, en particulier en ce qui concerne l’alimentation et l’obésité, grâce à des composés dérivés du houblon. Il y a un an, ces mêmes chercheurs ont publié des recherches liant Oscillibacter et le tissu adipeux au diabète de type 2, indiquant que le TXN pourrait également avoir du potentiel dans le traitement de cette affection.

Source : https://today.oregonstate.edu/news/compound-derived-hops-reduces-abundance-gut-microbe-associated-metabolic-syndrome

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *