Les aliments ultra-transformés liés à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires

Une étude récente a examiné l’association entre la consommation d’aliments ultra-transformés et le risque de maladies cardiovasculaires. Les aliments ultra-transformés sont des produits alimentaires industriels qui subissent plusieurs processus de transformation, comme la friture, la cuisson, la pasteurisation, etc. Ces produits alimentaires sont souvent riches en calories, en graisses saturées, en sucre et en sel, mais pauvres en nutriments essentiels.

L’étude a examiné les données de plus de 100 000 participants de l’étude française NutriNet-Santé, qui ont été suivis pendant cinq ans. Les participants ont rempli des questionnaires sur leur consommation alimentaire et leur état de santé. Les résultats ont montré que les personnes qui consommaient le plus d’aliments ultra-transformés avaient un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, y compris les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux.

Les chercheurs ont noté que la consommation d’aliments ultra-transformés était également associée à un risque plus élevé de diabète, d’obésité et de certains types de cancer. Ils ont suggéré que la réduction de la consommation d’aliments ultra-transformés pourrait aider à prévenir ces maladies chroniques.

Les auteurs ont souligné que la consommation d’aliments ultra-transformés était en augmentation dans de nombreux pays et qu’il était important de prendre des mesures pour réduire cette tendance. Ils ont suggéré que les gouvernements devraient réglementer l’industrie alimentaire pour encourager la production d’aliments plus sains et de meilleure qualité, tout en réduisant la disponibilité et la promotion des aliments ultra-transformés.

En conclusion, cette étude suggère que la consommation d’aliments ultra-transformés est associée à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, ainsi que de nombreuses autres maladies chroniques. Les résultats soulignent l’importance de réduire la consommation d’aliments ultra-transformés pour améliorer la santé globale et prévenir les maladies chroniques. Les gouvernements devraient réglementer l’industrie alimentaire pour encourager la production d’aliments plus sains et de meilleure qualité, tout en réduisant la disponibilité et la promotion des aliments ultra-transformés.

Référence : Fiolet, Thibault, et al. « Consumption of ultra-processed foods and cancer risk: results from NutriNet-Santé prospective cohort. » BMJ 360 (2018): k322.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *