Les 1 000 premiers jours : Une fenêtre d’opportunité pour un avenir meilleur pour les enfants

Comment pouvons-nous contribuer à créer un avenir plus sain et plus équitable pour toutes les femmes enceintes et leurs enfants ? Les taux de mortalité infantile et maternelle aux États-Unis sont parmi les plus élevés de tous les pays riches, avec des disparités raciales et ethniques flagrantes. Il existe une marge importante pour développer un plan unificateur pour les politiques et systèmes adéquats afin d’améliorer la sécurité nutritionnelle et le bien-être des familles vulnérables.

Un nouvel essai publié dans l’American Journal of Public Health par le Dr Heather Hamner, spécialiste de la santé aux Centers for Disease Control and Prevention, révèle de nombreux écarts entre les apports alimentaires des femmes enceintes, des nourrissons et des jeunes enfants et les Dietary Guidelines for Americans, 2020-2025, du ministère américain de l’agriculture et du ministère de la santé et des services sociaux, les disparités raciales et ethniques persistant dans tous les domaines. La consommation moyenne de sucres, de graisses saturées et de sodium est supérieure aux recommandations des Dietary Guidelines. L’article révèle également que près de 75 % des nourrissons ne sont pas nourris exclusivement au lait humain pendant les six premiers mois de leur vie et qu’un enfant sur trois commence à manger des aliments complémentaires (autres que le lait humain ou les préparations pour nourrissons) avant l’âge recommandé. La plupart des enfants âgés de 12 à 23 mois ne consomment pas les quantités recommandées de légumes, de produits laitiers et de fruits.

Comment s’attaquer à ces déficits nutritionnels ? L’essai indique que « l’avancement des efforts liés à la recherche et à la surveillance, aux programmes et à la communication, ainsi qu’à la diffusion pourrait contribuer à influencer positivement et équitablement la santé et le bien-être des mères et des enfants. » Il décrit également un cadre permettant de renforcer les politiques et programmes fédéraux actuels et d’améliorer l’accès et la participation aux programmes.

Un autre article de la collection, rédigé par Blythe Thomas, directrice d’initiative de 1 000 jours, une initiative de FHI Solutions, souligne qu’un plan clair qui unifie les politiques et les systèmes de nutrition de la mère et de la petite enfance n’a pas été mis en œuvre aux États-Unis. Le document met l’accent sur quatre secteurs où des mesures immédiates peuvent être prises et où les investissements à long terme peuvent avoir un impact significatif sur la santé maternelle et infantile : le développement de la petite enfance, les soins de santé, la philanthropie et les relations avec le gouvernement américain. « Pour parvenir à la sécurité nutritionnelle au cours des 1000 premiers jours, il faudra en fin de compte une collaboration, un plaidoyer et une action multisectoriels pour soutenir pleinement les familles là où elles vivent, apprennent, travaillent, jouent et se réunissent », déclare Mme Thomas dans son éditorial.

Un troisième article de la collection, rédigé par le Dr Kofi Essel, pédiatre communautaire à l’hôpital national pour enfants, traite de l’importance limitée de la formation médicale en matière de nutrition, qui constitue un obstacle majeur à la capacité des pédiatres à fournir des conseils judicieux en matière d’alimentation et de nutrition au cours des 1 000 premiers jours. À l’aide d’exemples tirés de la propre expérience de l’auteur pendant sa résidence en pédiatrie, l’éditorial explique qu’un changement de paradigme sur l’importance de l’alimentation et des conseils nutritionnels est important pour améliorer les soins cliniques. Selon le Dr Essel, « ce changement nécessite un effort collectif qui incite les pédiatres à travailler dans le cadre de collaborations intersectorielles pour influencer le changement aux côtés de l’industrie, des chercheurs et même des éducateurs de la petite enfance. Il faut que les pédiatres fassent entendre leur voix pour soutenir les politiques locales qui modifient le paysage alimentaire, pour soutenir les politiques nationales qui améliorent la sécurité nutritionnelle de nos familles et pour transformer la formation médicale des prestataires actuels et futurs. »

Ces trois articles font partie d’une série spéciale, parrainée par 1 000 jours de FHI Solutions, qui paraîtra dans l’AJPH le 26 octobre 2022. La série complète présentera l’état de la science, les besoins de recherche et un programme politique pour une nutrition maternelle et infantile optimale aux États-Unis. Jamais auparavant une série de revues n’avait réuni des articles sur ces sujets pendant la grossesse, la naissance, la période post-partum et la petite enfance pour la population américaine.

Sources :

https://doi.org/10.2105/AJPH.2022.307028

https://doi.org/10.2105/AJPH.2022.306999

https://doi.org/10.2105/AJPH.2022.307063

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *