L’effet antiprolifératif du cholest-4-en-3-one, un métabolite du microbiote intestinal, est associé à une diminution de la lipogenèse

L’effet antiprolifératif du cholest-4-en-3-one, un métabolite du microbiote intestinal, est associé à une diminution de la lipogenèse et à une désorganisation des radeaux lipidiques dans deux modèles de cellules cancéreuses mammaires

« Le cholest-4-en-3-one est un métabolite du cholestérol résultant notamment de son oxydation dans le tractus gastro-intestinal, en particulier par le microbiote intestinal. Il a été identifié dans les algues marines vertes (Ulva armoricana) et rouges (Solieria chordalis, Laurencia obtusa), et par notre équipe « Mer, Molécules, Santé » dans un extrait de Laurencia papillosa collectée de la côte Libanaise. Récemment, il a été démontré que le cholest-4-en-3-one possède des activités biologiques intéressantes telles que des activités antitumorales et anti-obésité. Il est également considéré comme un composé thérapeutique potentiel pour la prévention et/ou le traitement de la maladie d’Alzheimer. Plusieurs études ont montré une exacerbation du métabolisme lipidique dans les cellules tumorales. L’objectif de nos travaux consiste à étudier les effets biologiques du cholest-4-en-3-one sur les cellules tumorales mammaires (MCF-7 et MDA-MB-231) en étudiant la cytotoxicité et la migration cellulaire, ainsi que l’expression de la Flotillin-2 au niveau des radeaux lipidiques, plateformes de signalisation membranaires. Parallèlement, nous évaluons l’influence du cholest-4-en-3-one sur le métabolisme lipidique des cellules tumorales mammaires en étudiant l’expression des enzymes lipogéniques. »
« Nos résultats révèlent que le cholest-4-en-3-one pourrait avoir une activité antiproliférative sur les cellules tumorales mammaires via l’inhibition de la lipogenèse et de la synthèse du cholestérol. En conséquence, l’apport nutritionnel en cholest-4-en-3-one ou l’induction de sa production via le microbiote intestinal pourrait être une stratégie prometteuse pour le traitement et/ou la prévention du cancer du sein. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *