Le syndrome métabolique et la consommation excessive d’alcool augmentent le risque de maladie hépatique avancée

Les maladies hépatiques associées à l’alcool (ALD) constituent un problème de santé important à l’échelle mondiale, responsable d’un grand nombre de décès chaque année. Aux États-Unis, la mortalité due à l’ALD a considérablement augmenté entre 2009 et 2018, malgré une prévalence stable ou en baisse de la consommation d’alcool au cours de cette période. Dans une étude récente publiée dans les Annals of Internal Medicine, des chercheurs de la Keck School of Medicine de l’Université de Californie du Sud et de la Keck Medicine of USC ont évalué la relation entre le syndrome métabolique (MetS) et l’augmentation récente du nombre de décès dus à l’ALD.

Le syndrome métabolique est un groupe d’affections comprenant l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hyperglycémie et des taux anormaux de cholestérol ou de triglycérides. Le syndrome métabolique est un facteur de risque bien connu pour toute une série de maladies, notamment le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD).

Les chercheurs ont utilisé la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) pour examiner si le MetS pouvait être un facteur important de la récente augmentation de la mortalité due à l’ALD. La NHANES est une enquête transversale continue qui produit des échantillons d’étude pondérés représentatifs de la population adulte américaine non institutionnalisée entre 1999 et 2018. Les participants ont été divisés en six sous-groupes en fonction de la consommation d’alcool et du MetS : pas de consommation d’alcool sans MetS, consommation d’alcool non importante sans MetS, consommation d’alcool importante sans MetS, pas de consommation d’alcool avec MetS, consommation d’alcool non importante avec MetS et consommation d’alcool importante avec MetS.

À l’aide d’une régression logistique, les auteurs ont estimé les probabilités marginalement ajustées de maladie hépatique avancée pour chaque sous-groupe, ajustées en fonction de l’âge, du sexe et du tabagisme actif à des intervalles de 4 ans tout au long de la période d’étude. Le modèle a montré que l’augmentation de la prévalence de la consommation excessive d’alcool avec ou sans MetS n’expliquait pas l’augmentation de l’ALD. Cependant, les données ont montré une augmentation des maladies hépatiques avancées avec une forte consommation d’alcool avec ou sans MetS, avec la plus forte augmentation des maladies hépatiques avancées chez les personnes ayant à la fois une forte consommation d’alcool et un MetS.

Les auteurs de l’étude ont également noté qu’un score élevé de fibrose-4 (FIB-4), qui est un substitut de maladie hépatique avancée, était précédemment associé à un risque 25 fois plus élevé de mortalité liée au foie par rapport à un score faible de FIB-4. Ces résultats suggèrent un effet d’interaction croissant avec le MetS et la consommation excessive d’alcool qui pourrait contribuer à l’augmentation récente de la mortalité liée à l’ALD, mais les raisons n’en sont pas tout à fait claires.

Les résultats de l’étude ont des implications significatives pour les interventions de santé publique. Si l’abstinence d’alcool est le moyen le plus efficace de prévenir l’ALD, la réduction de la prévalence du MetS par des changements de mode de vie tels que l’exercice physique et une alimentation saine pourrait également jouer un rôle dans la réduction du risque de maladie hépatique avancée et de mortalité liée à l’ALD. Les prestataires de soins de santé pourraient également utiliser ces résultats pour identifier les patients présentant un risque élevé d’ALD et leur proposer des interventions ciblées pour réduire ce risque.

En conclusion, l’étude souligne l’importance d’examiner les interactions complexes entre les facteurs de risque d’ALD, y compris la consommation excessive d’alcool et le MetS. Les résultats suggèrent que la réduction de la prévalence du MetS par des changements de mode de vie pourrait contribuer à réduire le risque de mortalité lié à l’ALD. Des recherches futures sont nécessaires pour explorer les raisons de l’effet d’interaction entre la consommation excessive d’alcool et le MetS et pour développer des interventions efficaces afin de réduire le fardeau de l’ALD sur la santé publique.

Source : https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/M23-0518

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *