Le rôle du microbiote intestinal dans l’épilepsie infantile : Biomarqueurs et stratégies de traitement

L’intestin humain contient des trillions de micro-organismes collectivement appelés microbiote intestinal. Ces micro-organismes jouent un rôle crucial dans divers processus physiologiques, notamment la digestion, la modulation du système immunitaire et le métabolisme. Récemment, il est devenu de plus en plus évident que le microbiote intestinal a également un impact significatif sur les fonctions cérébrales, ce que l’on appelle l’axe microbiote-intestin-cerveau.

Les chercheurs ont maintenant découvert que le microbiote intestinal pourrait jouer un rôle vital dans l’épilepsie infantile. L’épilepsie est un trouble neurologique caractérisé par des crises récurrentes et touche environ 50 millions de personnes dans le monde. Les causes exactes de l’épilepsie ne sont pas entièrement comprises, mais on pense que l’axe microbiote-intestin-cerveau est impliqué dans sa pathogenèse.

Dans cette étude, 20 enfants atteints d’épilepsie d’étiologie inconnue et sept témoins sains du même groupe d’âge ont été comparés. Les chercheurs ont prélevé des échantillons de selles dans les deux groupes et ont procédé au séquençage de l’ARNr16 en utilisant le séquençage de nouvelle génération. Les résultats du séquençage ont révélé que les valeurs d’abondance relative du microbiote intestinal différaient significativement entre les deux groupes à différents niveaux taxonomiques, y compris le genre, l’ordre, la classe, la famille et le phylum.

Plusieurs variétés bactériennes, telles que Megamonas et Coriobacteria, ont été observées uniquement dans le groupe épileptique, tandis que d’autres genres tels que Flavihumibacter, Niabella, Anoxybacillus, Brevundimonas, Devosia et Delftia ont été observés uniquement dans le groupe témoin. Une analyse plus poussée à l’aide de la méthode LEfSe a permis d’identifier 33 taxons importants pour la différenciation des deux groupes.

Les chercheurs ont conclu que ces variétés bactériennes pourraient servir de biomarqueurs utiles pour le diagnostic et le suivi des patients épileptiques. L’étude suggère également que la restauration du microbiote eubiotique, ou l’équilibre des populations microbiennes dans l’intestin, peut améliorer le succès des protocoles de traitement de l’épilepsie.

Dans l’ensemble, les résultats de cette étude mettent en lumière le rôle potentiel du microbiote intestinal dans la pathogenèse de l’épilepsie. Ils soulignent la nécessité de poursuivre les recherches sur les mécanismes qui sous-tendent l’axe microbiote-intestin-cerveau et ses applications thérapeutiques potentielles. À l’avenir, l’utilisation du microbiote comme biomarqueur pourrait améliorer la précision du diagnostic de l’épilepsie et guider le développement de stratégies de traitement personnalisées.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0887899423001157

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *