Le rôle du melon amer dans la prévention et la thérapie du cancer du sein et du cancer gynécologique

Les cancers gynécologiques et du sein posent des défis importants aux patients en raison des effets indésirables associés à la chimioradiothérapie conventionnelle. Par conséquent, de nombreux patients recherchent des options de médecine complémentaire pour améliorer leur qualité de vie et explorer des approches thérapeutiques alternatives. L’une de ces alternatives est le melon amer (Momordica charantia), une plante dont l’utilisation traditionnelle remonte à loin et dont les propriétés thérapeutiques sont prometteuses. Dans ce billet, nous allons explorer le potentiel du melon amer dans la prévention et le traitement du cancer gynécologique et du cancer du sein, en nous basant sur une revue complète de la littérature disponible.

L’impact du melon amer sur le cancer du sein :

La recherche sur le cancer du sein a largement étudié les effets du melon amer, avec de nombreuses études portant à la fois sur les cellules de cancer du sein à récepteurs d’œstrogènes positifs et à récepteurs d’œstrogènes négatifs. Des études in vitro utilisant des lignées cellulaires humaines de cancer du sein telles que MCF-7 et MDA-MB-231 ont démontré que l’extrait de melon amer peut effectivement inhiber la progression des cellules cancéreuses du sein. Les composants bioactifs du melon amer ont montré des interactions avec les histones désacétylases et les récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR), dont on sait qu’ils jouent un rôle important dans le développement et la progression du cancer du sein. En outre, l’extrait de gourde amère a montré qu’il pouvait renforcer les effets cytotoxiques de la chimiothérapie standard, suggérant des effets antitumoraux synergiques. Des études in vivo utilisant des modèles de xénogreffes de souris pour le cancer du sein ont montré que l’extrait de melon amer peut inhiber la croissance tumorale avec des effets secondaires modérés.

Potentiel du melon amer dans le cancer de l’ovaire et du col de l’utérus :

La recherche sur les effets du melon amer sur les cellules du cancer de l’ovaire a démontré sa capacité à empêcher la migration, l’invasion et la prolifération des cellules cancéreuses, tout en induisant une mort cellulaire apoptotique. Associé au cisplatine/paclitaxel, l’extrait de melon amer a montré des effets thérapeutiques synergiques prometteurs et a augmenté la sensibilité des cellules cancéreuses ovariennes chimiorésistantes à la chimiothérapie standard. Bien que limitées, les études sur les cellules cancéreuses du col de l’utérus ont exploré les capacités régulatrices du melon amer sur la P-glycoprotéine et le phénotype de résistance aux médicaments multiples. En particulier, un essai clinique traitant des patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus et soumises à une radiothérapie avec un extrait de melon amer a jeté les bases d’une recherche plus poussée dans le cadre clinique.

La nécessité d’études cliniques :

Bien que les études précliniques aient donné des résultats encourageants, il est essentiel de mener des études cliniques bien conçues impliquant de plus grandes cohortes de patients pour valider les résultats. Les variations dans les variétés de melon amer, la teneur en ingrédients bioactifs, les périodes de traitement et les formes d’administration dans les études précédentes soulignent la nécessité de protocoles expérimentaux normalisés. Des essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour établir la sécurité, la reproductibilité et la signification statistique des effets anticancéreux du melon amer. Ces essais permettraient non seulement de confirmer les avantages de l’application clinique du melon amer, mais aussi d’identifier tout effet secondaire potentiel.

Perspectives d’avenir :

En résumé, le melon amer est un agent naturel prometteur pour la prévention et le traitement du cancer du sein, de l’ovaire et du col de l’utérus. Toutefois, des recherches supplémentaires, en particulier des études cliniques bien conçues, sont nécessaires pour confirmer les résultats des études in vitro et in vivo. En outre, l’exploration du potentiel du melon amer dans la prévention et le traitement des cancers de l’utérus, du vagin et de la vulve est un domaine d’investigation important pour l’avenir. Les résultats convaincants des études sur le cancer du sein, de l’ovaire et du col de l’utérus devraient inciter les chercheurs à étudier le rôle du melon amer dans ces autres cancers gynécologiques.

En fin de compte, le melon amer offre un espoir en tant que thérapie complémentaire à la chimioradiothérapie standard, mais une étude scientifique rigoureuse est cruciale pour établir son efficacité et son innocuité. En menant des essais cliniques complets, les chercheurs peuvent obtenir des preuves fiables et mieux comprendre le potentiel du melon amer en tant qu’option thérapeutique complémentaire pour les patientes atteintes d’un cancer gynécologique ou d’un cancer du sein.

Source : https://www.mdpi.com/1422-0067/24/10/8918

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *