Le remplacement des repas comme stratégie de perte de poids chez les travailleurs de nuit souffrant d’obésité

Le travail posté est considéré comme un facteur de risque pour un certain nombre d’affections chroniques, dont l’obésité. La réduction du poids chez les patients obèses diminue le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète, de certains cancers et de mortalité. L’obtention d’un bilan énergétique négatif en fournissant des substituts de repas hypocaloriques est largement utilisée pour la gestion du poids. Cette étude vise à évaluer l’impact d’un  » repas de substitution  » hypocalorique sur le poids et les paramètres métaboliques des travailleurs postés souffrant d’obésité.

Cette étude sera menée selon un plan parallèle, randomisé et contrôlé, sur une période de 8 semaines. Au total, 44 travailleurs postés ayant un indice de masse corporelle supérieur à 25 kg/m2 seront recrutés après évaluation de leur admissibilité. Les participants seront répartis de manière aléatoire entre le groupe test et le groupe témoin selon un ratio de 1:1. Le groupe d’intervention (N = 22) recevra un substitut de repas hypocalorique (~200 kcal) en guise de dîner, et le groupe témoin (N = 22) poursuivra son régime alimentaire habituel. Les visites et les évaluations se dérouleront comme suit : dépistage (visite 0), 4 semaines (visite 1) et 8 semaines (visite 2). Des mesures anthropométriques seront effectuées à 0, 4 et 8 semaines. La composition corporelle, les paramètres biochimiques, l’apport alimentaire et l’activité physique seront évalués lors de la première et de la dernière visite.

Le résultat principal sera la proportion de participants ayant perdu 5 % de leur poids corporel par rapport au départ. Les résultats secondaires seront les changements post-intervention dans d’autres paramètres métaboliques.

À notre connaissance, il s’agit de l’un des premiers essais contrôlés randomisés évaluant les effets d’un substitut de repas comme repas du soir pour la perte de poids chez les travailleurs postés souffrant d’obésité. De plus, l’amélioration des paramètres métaboliques chez les travailleurs postés sera un avantage supplémentaire pour ce groupe à haut risque.

Source : https://trialsjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13063-022-06784-x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *