Le lien prometteur entre les acides gras oméga-3 et la santé pulmonaire

Ces dernières années, l’intérêt pour comprendre l’impact potentiel de l’alimentation sur la prévention des maladies pulmonaires chroniques a considérablement augmenté. Si nous en savons beaucoup sur le rôle de la nutrition dans le cancer et la santé cardiovasculaire, le lien entre l’alimentation et la santé pulmonaire a été relativement peu étudié. Cependant, une étude révolutionnaire financée par les National Institutes of Health (NIH) a mis en lumière ce sujet. Cette étude, publiée dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, met en évidence le rôle prometteur des acides gras oméga-3, présents dans les poissons et les compléments alimentaires, dans le maintien de la santé pulmonaire.

Les acides gras oméga-3 et leurs bienfaits pour la santé

Les acides gras oméga-3 sont des graisses polyinsaturées essentielles qui jouent un rôle crucial dans diverses fonctions corporelles. Ils sont réputés pour leurs propriétés anti-inflammatoires, qui ont été associées à des bienfaits pour la santé cardiaque, la fonction cérébrale et, désormais, il semble, la santé pulmonaire. Bien que ces graisses saines puissent être trouvées dans certaines huiles végétales et des aliments enrichis, elles sont surtout présentes dans les poissons gras tels que le saumon, le thon et les sardines, ainsi que dans les compléments alimentaires à base d’huile de poisson.

L’étude financée par le NIH : Révélation de l’association

L’étude, dirigée par Patricia A. Cassano, Ph.D., directrice de la Division des sciences nutritionnelles à l’Université Cornell, et soutenue par l’Institut national du cœur, des poumons et du sang (NHLBI), a été conçue pour étudier le lien entre les niveaux d’acides gras oméga-3 dans le sang et la fonction pulmonaire au fil du temps. Elle comportait deux parties, offrant une approche globale pour comprendre les bienfaits potentiels des acides gras oméga-3 pour la santé pulmonaire.

Dans la première partie de l’étude, les chercheurs ont mené une étude longitudinale et observationnelle impliquant 15 063 adultes américains en bonne santé provenant de la Cohorte regroupée du NHLBI. Sur une période moyenne de sept ans et jusqu’à 20 ans, la fonction pulmonaire des participants a été étroitement surveillée. Les résultats ont révélé que les personnes présentant des niveaux élevés d’acides gras oméga-3 dans leur sang ont connu un taux réduit de déclin de la fonction pulmonaire, suggérant un effet protecteur potentiel contre les maladies pulmonaires chroniques.

La deuxième partie de l’étude a consisté à analyser les données génétiques de plus de 500 000 patients européens dans la UK Biobank. En étudiant des marqueurs génétiques spécifiques dans le sang en tant que représentations indirectes des niveaux d’acides gras oméga-3 dans l’alimentation, les chercheurs ont constaté une corrélation positive entre des niveaux plus élevés d’oméga-3, en particulier d’acide docosahexaénoïque (DHA), et une meilleure fonction pulmonaire.

Implications pour la recherche future et la nutrition de précision

Bien que ces résultats offrent des perspectives prometteuses sur le rôle des acides gras oméga-3 dans la santé pulmonaire, il est essentiel de reconnaître que l’étude n’incluait que des adultes en bonne santé. Pour approfondir notre compréhension, les chercheurs collaborent avec l’étude COPDGene pour examiner les niveaux d’acides gras oméga-3 dans le sang chez des personnes atteintes de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) – y compris les gros fumeurs – afin de déterminer si des bienfaits similaires sont observés.

Alors que nous progressons dans la recherche nutritionnelle, le potentiel de la nutrition de précision pour traiter les maladies pulmonaires devient évident. En identifiant des recommandations alimentaires adaptées aux risques et aux besoins individuels, inclure les acides gras oméga-3 dans notre alimentation pourrait devenir une stratégie proactive pour promouvoir la santé pulmonaire et prévenir les maladies pulmonaires chroniques.

Recommandations pratiques

Les résultats de l’étude soulignent également la nécessité de changements alimentaires au sein de la population générale. Les directives alimentaires du Département de l’Agriculture des États-Unis pour les Américains recommandent de consommer au moins deux portions de poisson par semaine, les poissons gras étant d’excellentes sources d’acides gras oméga-3. Malheureusement, de nombreux Américains ne parviennent pas à respecter ces directives. Outre les poissons et les compléments alimentaires à base d’huile de poisson, d’autres sources d’oméga-3 comprennent les noix, les graines, les huiles végétales et les aliments enrichis.

Conclusion

L’étude financée par le NIH offre des preuves convaincantes que les acides gras oméga-3 pourraient jouer un rôle essentiel dans le maintien de la santé pulmonaire. Grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires, ces graisses saines offrent des perspectives prometteuses pour la prévention des maladies pulmonaires chroniques. Alors que des recherches supplémentaires sont menées pour approfondir cette association, il est clair qu’inclure des acides gras oméga-3 dans notre alimentation peut potentiellement offrir des avantages significatifs pour la santé pulmonaire. Que ce soit en consommant du poisson ou des compléments alimentaires, l’adoption du pouvoir des oméga-3 pourrait s’avérer être une démarche simple mais efficace vers un bien-être respiratoire amélioré.

Source : https://www.atsjournals.org/doi/abs/10.1164/rccm.202301-0074OC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *