Le lien entre l’alimentation et la perte de mémoire liée à l’âge : le lien avec les flavanols

Dans une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l’université Columbia et du Brigham and Women’s Hospital/Harvard, un lien remarquable a été établi entre les flavanols – un type de nutriment présent dans certains fruits et légumes – et la perte de mémoire liée à l’âge. Cette découverte importante a de profondes implications pour notre compréhension du vieillissement cognitif et offre une voie potentielle pour améliorer la mémoire et les fonctions cognitives chez les personnes âgées.

L’impact des flavanols sur la perte de mémoire liée à l’âge :

L’étude, dirigée par le Dr Adam Brickman, met en évidence la corrélation entre la consommation de flavanols chez les personnes âgées et les performances lors de tests conçus pour détecter les pertes de mémoire associées au vieillissement normal. En fait, la recherche indique que la reconstitution de ces composants alimentaires bioactifs chez des adultes de plus de 60 ans légèrement carencés en flavanols a permis d’améliorer les performances lors de ces tests.

Le Dr Brickman fait remarquer que « l’amélioration constatée chez les participants à l’étude dont l’alimentation était pauvre en flavanols était substantielle et soulève la possibilité d’utiliser des régimes ou des compléments alimentaires riches en flavanols pour améliorer les fonctions cognitives chez les adultes plus âgés ». Cette découverte vient étayer la notion émergente selon laquelle des nutriments spécifiques sont essentiels au maintien d’une santé cérébrale optimale à mesure que nous vieillissons, de la même manière que certains nutriments sont essentiels au développement du cerveau.

Comprendre le mécanisme : L’hippocampe et les flavanols :

Plus de 15 années de recherche menées par le laboratoire du Dr Scott Small à l’université de Columbia ont permis d’établir un lien constant entre la perte de mémoire liée à l’âge et les modifications du gyrus denté, une région de l’hippocampe qui joue un rôle crucial dans l’apprentissage de nouveaux souvenirs. En outre, des études menées sur des souris ont montré que les flavanols, en particulier une substance bioactive appelée épicatéchine, améliorent la mémoire en favorisant la croissance des neurones et des vaisseaux sanguins dans l’hippocampe.

Sur cette base, l’équipe du Dr Small a étudié les effets des suppléments de flavanols sur l’homme. Les résultats d’études antérieures ont confirmé que le gyrus denté est effectivement associé au vieillissement cognitif, tandis qu’un essai plus important a démontré que les flavanols avaient l’impact le plus significatif sur les personnes ayant une alimentation de mauvaise qualité.

L’étude COSMOS-Web : Exploration de l’impact des flavanols sur le vieillissement cognitif :

Dans l’étude récente, l’équipe de Columbia a collaboré avec des chercheurs du Brigham and Women’s Hospital pour mener l’étude COSMOS-Web. Plus de 3 500 personnes âgées en bonne santé ont participé à l’étude et ont reçu au hasard un supplément quotidien de flavanols ou une pilule placebo pendant trois ans. Le supplément actif contenait 500 mg de flavanols, dont 80 mg d’épicatéchines, ce qui équivaut à la quantité que les adultes sont invités à obtenir par l’alimentation.

Les participants ont répondu à des enquêtes sur la qualité de leur alimentation, ont subi des tests de mémoire en ligne conçus par le Dr Brickman et ont fourni des échantillons d’urine pour l’analyse des biomarqueurs des niveaux de flavanols. Le taux de conformité a été élevé tout au long de l’étude, ce qui a permis d’évaluer avec précision la consommation de flavanols et d’adhérer au régime prescrit.

Carence en flavanols et amélioration cognitive :

Les résultats de l’étude ont montré que les scores de mémoire se sont légèrement améliorés pour l’ensemble du groupe prenant le supplément quotidien de flavanols, dont la plupart avaient déjà une alimentation saine et riche en flavanols. Cependant, les participants dont les niveaux de base de flavanols étaient plus faibles et dont l’alimentation était moins bonne ont connu une augmentation remarquable de leurs scores de mémoire – une moyenne de 10,5 % par rapport au groupe placebo et de 16 % par rapport à leur mémoire de base. Ces améliorations se sont maintenues tout au long de l’étude.

Les chercheurs ont conclu que la carence en flavanols est un facteur déterminant dans la perte de mémoire liée à l’âge, car la consommation de flavanols est en corrélation avec les scores de mémoire, et les suppléments de flavanols améliorent la mémoire chez les personnes souffrant de carences en flavanols.

Implications et recherches futures :

Ces résultats sont très prometteurs pour lutter contre le déclin de la mémoire lié à l’âge et le vieillissement cognitif. Bien que l’étude indique que les flavanols n’ont aucun effet sur les personnes ne présentant pas de carences en flavanols, elle ouvre la voie à des interventions potentielles ciblant les personnes qui manquent de ces nutriments.

qui manquent de ces nutriments. La prochaine étape cruciale, comme le suggère le Dr Small, est de mener un essai clinique pour restaurer les niveaux de flavanols chez les adultes présentant une grave carence en flavanols.

Les chercheurs envisagent un avenir où la reconstitution des flavanols alimentaires, dès la quarantaine ou la cinquantaine, pourrait conduire à des améliorations encore plus substantielles de la mémoire. Cette avancée fournit des informations précieuses sur le rôle de la nutrition dans le maintien de la santé cérébrale et souligne la nécessité de poursuivre les recherches afin d’identifier d’autres nutriments essentiels au bien-être cognitif.

Conclusion :

L’étude novatrice menée par des chercheurs de l’université Columbia et du Brigham and Women’s Hospital a mis en lumière le lien crucial entre une alimentation pauvre en flavanols et la perte de mémoire liée à l’âge. En démontrant l’impact d’une carence en flavanols sur la fonction cognitive, l’étude ouvre la voie à d’éventuelles interventions diététiques et stratégies nutritionnelles visant à améliorer la mémoire et la santé cognitive des personnes âgées. À mesure que nous approfondissons la relation complexe entre la nutrition et les fonctions cérébrales, une nouvelle ère d’approches personnalisées du vieillissement cognitif pourrait se profiler à l’horizon.

Source : https://www.cuimc.columbia.edu/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *