Le Canolol alimentaire protège le cœur contre les effets délétères induits par l’association de l’huile de colza, de la vitamine E et de la coenzyme Q10 dans le contexte d’un régime riche en graisses

L’obésité entraîne progressivement une insuffisance cardiaque.

Les acides gras polyinsaturés oméga-3 (AGPI) se sont avérés avoir des effets cardio-protecteurs dans de nombreuses situations pathologiques. On ne sait pas si l’huile de colza, qui contient de l’acide α-linolénique (ALA), a un effet protecteur similaire. Les AGPI oméga-3 sont sensibles aux attaques des espèces réactives de l’oxygène (ROS) et les produits de peroxydation lipidique pourraient endommager les cellules cardiaques. Les chercheurs ont ainsi testé si l’huile de colza raffinée diététique (RSO) associée ou non à différents antioxydants (vitamine E, coenzyme Q10 et canolol) est cardio-protectrice en situation d’obésité abdominale.

Les résultats ont montré que l’obésité abdominale a réduit le stress oxydatif cardiaque et le taux d’apoptose en augmentant la proportion d’acide arachidonique (AA) dans les phospholipides membranaires. Le RSO alimentaire a eu le même effet, bien qu’il ait normalisé la proportion d’AA. L’ajout de vitamine E et de CoQ10 dans le régime riche en graisses riches en RSO a eu un effet délétère, augmentant la fibrose en augmentant l’expression de l’ARNm du récepteur 1b (Ag2R-1b) de l’angiotensine-2. La surexpression de ces récepteurs déclenche une vasoconstriction coronaire, qui a probablement induit une ischémie. La supplémentation en canolol a contrecarré cet effet délétère en réduisant la vasoconstriction coronaire.

Le canolol s’est révélé neutraliser les effets fibrotiques de la vitamine E + CoQ10 sur la fibrose cardiaque dans le cadre d’un régime riche en graisses enrichi en RSO. Cet effet s’est produit par une restauration de l’expression de l’ARNm cardiaque Ag2R-1b et une diminution de l’ischémie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *