L’association de la qualité du régime alimentaire maternel et de l’équilibre antioxydant-proxidant du lait maternel

La composition du lait humain varie dans le temps chez une même mère et entre les mères allaitantes en raison de plusieurs facteurs, dont la santé de la mère, son régime alimentaire et son état nutritionnel. Par conséquent, l’amélioration de l’état nutritionnel pendant la gestation et l’allaitement est cruciale pour améliorer la santé des mères et des nourrissons. Le régime alimentaire peut améliorer l’équilibre oxydant-antioxydant du lait maternel. Cette étude avait pour but d’examiner l’association entre l’équilibre oxydant-antioxydant du lait maternel et les habitudes alimentaires des mères allaitantes identifiées en utilisant l’analyse en composantes principales.

Cette étude transversale a inclus 350 femmes allaitantes âgées de 20 à 35 ans. Les apports alimentaires des femmes de l’étude ont été estimés à l’aide d’un questionnaire de fréquence alimentaire validé, qui comprenait 65 aliments. L’équilibre oxydant-antioxydant des échantillons de lait a été évalué en utilisant le pouvoir antioxydant ferrique réducteur (FRAP), le 2, 2′-diphényl-1-picrylhydrazyl (DPPH), les substances réactives de l’acide thiobarbiturique (TBAR) et le test d’Ellman. La concentration de protéines totales, de calcium et de triglycérides dans le lait a également été mesurée à l’aide de kits commerciaux.

Deux modèles alimentaires prédominants ont été reconnus que nous avons définis comme un modèle sain et malsain. Les niveaux de DPPH et de thiol dans le lait des mères du troisième tertile (adhésion la plus élevée) d’un modèle alimentaire sain étaient plus élevés que ceux du premier tertile (adhésion la plus faible ; p < 0,05). Le calcium et le thiol du lait étaient significativement plus faibles dans le troisième tertile des mères ayant un mode d’alimentation malsain par rapport au premier tertile (P < 0,05). Dans les analyses multivariées de régression logistique multinomiale, ajustées en fonction de l’âge de la mère, de l’indice de masse corporelle (IMC), de l’apport énergétique et du sexe du nourrisson, l’adhésion à un modèle alimentaire sain était associée à des niveaux plus élevés de DPPH dans le lait (OR = 1,32, intervalle de confiance à 95 % (IC) : 1,01, 1,80) et de thiol dans le lait (OR = 1,21, IC à 95 % : 1,10, 1,50). D’autre part, l’adhésion à un mode d’alimentation malsain était corrélée à de faibles niveaux de thiol du lait (OR = 1,29 ; 95%CI : 1,09, 1,59) et de calcium du lait (OR = 1,28 ; 95%CI : 1,11, 1,55).

Nos résultats démontrent que l’adhésion à un modèle alimentaire sain, identifié par une consommation plus élevée de légumes verts, d’autres légumes et de fruits, est associée à un statut oxydant-antioxydant du lait plus élevé chez les mères allaitantes.

Source :https://internationalbreastfeedingjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13006-022-00498-1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *