L’art d’imiter la nature

C’est ce qu’on appelle le biomimétisme qui a contribué à l’essor de la chirurgie dentaire, la connaissance de la physiologie de la dent a permet de la prendre comme référence par des matériaux de substitution esthétique.

La morphologie de la couronne dentaire est formé d’émail dur et cassant, de dentine résiliente et flexible, la combinaison des deux structures appelée jonction amélo-dentinaire (JAD), cette dernière par la présence des gros faisceaux de fibre de collagène dérivés de la dentine et l’épaisseur des prisme d’émail reposants sur elle, constitue un vrai bastion contre la propagation de fissure allant de la surface de l’émail vers la dentine mais aussi un absorbeur et amortisseur de contrainte.

Comprendre les différentes interactions entre les tissus dentaires de part la flexibilité de la dentine et la dureté de l’émail (protection de la dentine sous-jacente) permet d’appréhender l’approche des matériaux qui miment le comportement de la dent. Cette reproduction analogue évitera la mutilation de la dent par les couronnes périphériques et les traitements endodontiques ainsi que les reconstitutions corono-radiculaires qui sont l’ébauche d »un cercle vicieux de la mort de la dent.

La bio-émulation est un compromis entre la dent naturelle et le matériau utilisé pour la restauration qui doit permettre le puzzle physiologique, le praticien veillera à ce que l’adhésion matériau/dent soit suffisante pour éviter toute percolation bactérienne entraînant une récidive carieuse et désinsertion du matériaux par manque d’étanchéité.

L’importance de la conservation maximale des tissus dentaires à pousser les praticiens à s’orienter vers le biomimétisme ayant pour objectif principale d’augmenter la longévité de la dent. En effet la nature est partout évoqué et source d’inspiration pour l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *