L’activité physique pourrait jouer un rôle plus important que les gènes dans la longévité

Des recherches antérieures ont montré qu’une faible activité physique et un temps passé en position assise plus important sont associés à un risque de décès plus élevé. Le risque change-t-il si une personne est génétiquement prédisposée à vivre longtemps ?

C’est la question à laquelle des chercheurs de la Herbert Wertheim School of Public Health and Human Longevity Science de l’Université de Californie à San Diego ont voulu répondre dans une étude publiée dans l’édition en ligne du 24 août 2022 du Journal of Aging and Physical Activity.

« L’objectif de cette recherche était de comprendre si les associations entre l’activité physique et le temps sédentaire avec la mort variaient en fonction des différents niveaux de prédisposition génétique à la longévité », a déclaré l’auteur principal Alexander Posis, M.P.H., un étudiant en quatrième année de doctorat dans le programme de doctorat conjoint en santé publique de l’Université d’État de San Diego/UC San Diego.

En 2012, dans le cadre de l’étude OPACH (Women’s Health Initiative Objective Physical Activity and Cardiovascular Health study), les chercheurs ont commencé à mesurer l’activité physique de 5 446 femmes américaines âgées de 63 ans et plus, et à les suivre jusqu’en 2020 pour déterminer la mortalité. Les participantes ont porté un accéléromètre de qualité recherche pendant sept jours afin de mesurer le temps passé à bouger, l’intensité de l’activité physique et le temps de sédentarité.

L’étude prospective a révélé que des niveaux plus élevés d’activité physique légère et d’activité physique modérée à vigoureuse étaient associés à un risque de décès plus faible. Un temps de sédentarité plus important était associé à un risque de mortalité plus élevé. Ces associations étaient cohérentes chez les femmes qui présentaient différents niveaux de prédisposition génétique à la longévité.

« Notre étude a montré que, même si vos gènes ne vous prédisposent pas à vivre longtemps, vous pouvez prolonger votre durée de vie en adoptant des comportements positifs, comme faire régulièrement de l’exercice et rester moins longtemps assis », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Aladdin H. Shadyab, Ph.D., professeur adjoint à la Herbert Wertheim School of Public Health and Human Longevity Science de l’UC San Diego. « À l’inverse, même si vos gènes vous prédisposent à une longue vie, rester actif physiquement reste important pour atteindre la longévité. »

Compte tenu du vieillissement de la population adulte aux États-Unis et du temps plus long passé à pratiquer des activités de faible intensité, les résultats de l’étude appuient les recommandations selon lesquelles les femmes âgées devraient pratiquer une activité physique, quelle que soit son intensité, afin de réduire le risque de maladie et de décès prématuré, ont écrit les auteurs.

Source :https://ucsdnews.ucsd.edu/pressrelease/physical-activity-may-have-a-stronger-role-than-genes-in-longevity

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *