La vitamine C pourrait être la clé de l’amélioration de l’efficacité des thérapies anticancéreuses dérivées des cellules dendritiques

Des chercheurs du laboratoire d’épigénétique et de maladies immunitaires de l’Institut de recherche sur la leucémie Josep Carreras ont récemment montré que la vitamine C améliore les propriétés immunogènes des cellules dendritiques, in vitro. Les résultats récemment rendus publics montrent que le traitement des cellules avec de la vitamine C entraîne une activation plus cohérente des gènes impliqués dans la réponse immunitaire, principalement par déméthylation de l’ADN, une sorte de reprogrammation épigénétique. Cette découverte pourrait être utile pour générer des thérapies plus puissantes à base de cellules dendritiques à l’avenir.

Depuis le début des thérapies cellulaires anticancéreuses, celles qui utilisent des cellules vivantes pour trouver et éliminer les tumeurs, de nombreux types de cellules immunitaires ont été utilisés. Les thérapies cellulaires les plus connues utilisent des lymphocytes, comme dans les thérapies CAR-T qui connaissent un grand succès. Récemment, les cellules dendritiques ont attiré l’attention des scientifiques grâce à leur capacité à capter et à présenter des antigènes (petites parties d’un agent pathogène ou d’une cellule cancéreuse) aux lymphocytes T et à induire une puissante activation immunitaire spécifique de l’antigène. À cet égard, le chargement des cellules dendritiques avec des antigènes spécifiques pour créer une mémoire immunitaire constitue ce qu’on appelle les vaccins DC.

Pour étudier les cellules dendritiques en laboratoire, les chercheurs les différencient des monocytes (également une cellule immunitaire) en utilisant un ensemble particulier de signaux moléculaires. Cette différenciation s’effectue par le biais d’un ensemble complexe de processus d’activation des gènes dans le noyau, principalement grâce à l’activité de la machinerie de remodelage de la chromatine, dont le fer de lance est la famille des déméthylases TET, des protéines qui agissent sur les marques épigénétiques de l’ADN.

On savait que la vitamine C interagissait avec plusieurs protéines TET pour renforcer leur activité, mais le mécanisme spécifique était encore mal compris dans les cellules humaines. Dans une publication récente parue dans la revue Nucleic Acids Research, une équipe dirigée par le Dr Esteban Ballestar a émis l’hypothèse que le traitement des monocytes in vitro pendant leur différenciation en cellules dendritiques aiderait les cellules résultantes à être plus matures et actives.

Les résultats obtenus par Octavio Morante-Palacios, premier auteur de la publication, José Luis Sardina (également de l’Institut de recherche sur la leucémie Josep Carreras) et Eva Martínez-Cáceres, chef du service d’immunologie de l’Institut de recherche Germans Trias i Pujol, montrent que le traitement à la vitamine C déclenche une déméthylation importante au niveau des sites de liaison NF- kB/p65 par rapport aux cellules non traitées, ce qui favorise l’activité des gènes impliqués dans la présentation des antigènes et l’activation de la réponse immunitaire. De plus, la vitamine C augmente la communication des cellules dendritiques obtenues avec d’autres composants du système immunitaire et stimule la prolifération des cellules T spécifiques de l’antigène.

En fait, les chercheurs ont prouvé que les cellules dendritiques stimulées par la vitamine C et chargées d’antigènes spécifiques du virus SRAS-CoV-2 étaient capables d’activer les lymphocytes T in vitro plus efficacement que les cellules non traitées, ce qui démontre la supériorité des vaccins DC traités à la vitamine C.

Dans l’ensemble, ces nouveaux résultats soutiennent l’hypothèse selon laquelle le traitement des cellules dendritiques dérivées de monocytes avec de la vitamine C peut aider à générer des DC-vaccins plus performants. Après avoir consolidé ces résultats dans des modèles précliniques et, espérons-le, dans des essais cliniques, une nouvelle génération de thérapies cellulaires basées sur les cellules dendritiques pourra être utilisée en clinique pour combattre plus efficacement le cancer.

Source :https://www.carrerasresearch.org/en/vitamin-c-key-in-anticancer-therapies_221545

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *