La rigidité artérielle à l’adolescence peut potentiellement causer de l’hypertension et de l’obésité à l’âge adulte

La rigidité artérielle est un nouveau facteur de risque à cibler pour prévenir et traiter l’hypertension et l’obésité dès le plus jeune âge, selon une nouvelle étude publiée dans Hypertension.

Des chercheurs de l’Université de Finlande orientale, de l’Université d’Exeter et de l’Université de Bristol ont réalisé cette étude à partir des données de l’une des plus vastes études prospectives de cohorte de naissance en cours dans le monde, l’Avon Longitudinal Study of Parents and Children (ALSPAC).
À l’échelle mondiale, l’hypertension et l’obésité sont les principaux facteurs de risque évitables de maladies cardiovasculaires athérosclérotiques et de décès. Cependant, plusieurs efforts visant à réduire l’incidence et la prévalence de l’hypertension et de l’obésité ont eu des effets minimes. Il est donc important de comprendre le développement naturel et la pathogenèse de l’hypertension et de l’obésité pour réduire ces risques. Dans l’étude récemment publiée, les chercheurs ont examiné si les caractéristiques athérosclérotiques telles que la rigidité artérielle précèdent temporellement le développement de l’hypertension et de l’obésité. C’est la première fois que plus de 3 800 adolescents, âgés de 17 ans, ont été suivis pendant sept ans. Les chercheurs ont utilisé plusieurs approches statistiques pour démêler les associations causales potentielles.
Ils ont constaté qu’une rigidité artérielle plus élevée à l’adolescence augmentait le risque d’hypertension systolique de 20 % et d’hypertension diastolique de deux fois, sept ans plus tard. En outre, les participants ont été répartis en quatre groupes égaux en fonction de leur niveau de rigidité artérielle. Les adolescents dont le niveau de rigidité artérielle se situait dans le quartile le plus élevé à la fois à 17 ans et à 24 ans ont vu leur pression artérielle systolique augmenter de 4 mmHg, et leur pression artérielle diastolique de 3 mmHg au cours de la période d’observation de sept ans. Il convient de noter que de légères élévations de la pression artérielle systolique et diastolique ont également été observées chez des adolescents présentant une légère augmentation de la rigidité artérielle mais restant dans les limites de la normale. Cependant, la variation de la pression artérielle dans le groupe « léger » était deux fois moins importante que dans le groupe « élevé ». Ces résultats étaient similaires chez les garçons et les filles, malgré la prise en compte de facteurs de risque importants tels que le tabagisme, l’activité physique, les taux de lipides et de glucose, la graisse corporelle, la fréquence cardiaque, les antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires, etc.
Les études précédentes se sont concentrées sur l’effet négatif de l’obésité sur le cœur et les vaisseaux sanguins. Cependant, la présente étude a révélé qu’une rigidité artérielle plus élevée à l’âge de 17 ans augmentait le risque d’obésité abdominale et d’obésité du corps entier de 20 % à l’âge de 24 ans. Les résultats révèlent une possible direction à double sens entre des artères en mauvais état et l’obésité, bien que les preuves soient plus fortes pour que l’obésité mène à des artères en mauvais état, et non l’inverse.
Une récente déclaration scientifique de l’American Heart Association note que « la modification du mode de vie, y compris le régime alimentaire, la réduction de la sédentarité et l’augmentation de l’activité physique, est généralement recommandée pour les patients souffrant d’obésité ; cependant, le succès à long terme de ces stratégies pour réduire l’adiposité, maintenir la perte de poids et réduire la pression artérielle a été limité ». Il a également été établi qu’une augmentation de 5 mmHg de la pression artérielle sur cinq ans augmente de 16 % le risque de décès dans la population adulte.
« Par conséquent, nos nouveaux résultats sont significatifs sur le plan clinique et pour la santé de la population, dans la mesure où les futures stratégies de prévention et de traitement de l’hypertension et de l’obésité peuvent désormais envisager de réduire la rigidité artérielle, en particulier dès l’adolescence », explique Andrew Agbaje, médecin et épidémiologiste clinique à l’Université de Finlande orientale.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *