La privation de leucine dans l’alimentation pourrait avoir des effets antidépresseurs, révèle une étude sur les neurones AgRP de l’hypothalamus

La dépression est l’une des principales causes d’invalidité dans le monde et contribue grandement à la charge mondiale de la maladie. La nutrition est essentielle pour maintenir des états émotionnels normaux. La thérapie nutritionnelle est de plus en plus utilisée dans de nombreux traitements de maladies, mais peu de choses sont connues dans le domaine de la dépression. Une nutrition déséquilibrée est impliquée dans l’étiologie de la dépression, entravant potentiellement le traitement. Par exemple, de nombreux acides aminés essentiels (AAE) dans le sérum sont modifiés chez les patients atteints de dépression, tels que le tryptophane, la thréonine, la leucine, l’isoleucine et la valine. Cependant, il reste largement inconnu si les AAE contribuent à la dépression et les mécanismes sous-jacents.

Maintenant, des chercheurs en Chine, dirigés par Feifan Guo, professeur à l’Institut de recherche cérébrale translationnelle de l’Université Fudan, ont découvert que le régime pauvre en leucine avait des effets antidépresseurs sur les comportements liés à la dépression induits par le stress de restriction chronique, et ont révélé le mécanisme de la détection des acides aminés dans les neurones liés à la protéine apparentée à l’agouti (AgRP) dans l’hypothalamus. Ils ont publié leurs résultats intitulés « La privation en leucine entraîne des effets antidépresseurs via GCN2 dans les neurones AgRP » le 3 février 2023 dans Life Metabolism.

Dans cette étude, il a été constaté que le régime pauvre en leucine avait des effets antidépresseurs sur les comportements liés à la dépression induits par le stress de restriction chronique chez les souris des deux sexes. De manière intéressante, les effets de carence en acides aminés s’appliquent à tous les acides aminés essentiels. Par injection intracérébroventriculaire, les chercheurs ont découvert que la réponse à la privation en leucine est médiée par l’hypothalamus, une région spécifique qui régule principalement l’appétit et le métabolisme énergétique. De plus, les scientifiques ont découvert qu’un groupe de neurones dans l’hypothalamus, les neurones AgRP, étaient activés pendant la privation en leucine, et que le silence des neurones AgRP abolissait les effets antidépresseurs induits par la privation en leucine. De plus, la protéine non-répressive de contrôle général 2 (GCN2), un capteur d’acides aminés, dans les neurones AgRP, était activée pendant la carence en leucine après le stress, et la suppression de GCN2 dans les neurones AgRP bloquait les altérations comportementales induites par la carence en leucine, qui était inversée par l’activation des neurones AgRP (Figure 1).

Cette étude a démontré qu’un régime alimentaire inattendu, la privation de leucine, et non pas un supplément nutritionnel, produit des effets antidépresseurs, et que cette régulation est médiée par un groupe de neurones orexigènes, les neurones AgRP. De plus, ces résultats suggèrent une nouvelle fonction du signal GCN2 dans les neurones AgRP en cas de déséquilibre des acides aminés et de stress chronique. Comme la privation de leucine peut également entraîner une perte de poids et améliorer le métabolisme du glucose, ce régime alimentaire pourrait aider à soulager l’obésité induite par les médicaments antidépresseurs dans les futures applications. Cette étude offre une nouvelle perspective pour explorer la relation entre la nutrition, l’hypothalamus et la dépression.

Source :https://academic.oup.com/lifemeta/advance-article/doi/10.1093/lifemeta/load004/7026143?login=false

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *