La créatine peut-elle aider les personnes souffrant de la fatigue post-COVID-19 ?

Cet article présente la première étude humaine connue des auteurs qui a évalué l’efficacité et la sécurité de la créatine en complément alimentaire pour lutter contre la fatigue, la bioénergétique des tissus et les résultats rapportés par les patients chez les personnes atteintes du syndrome de fatigue post-COVID-19. Nous avons découvert que la créatine surpassait le placebo pour améliorer les taux de créatine dans le cerveau et les muscles squelettiques après l’intervention à moyen terme, et réduisait plusieurs caractéristiques du syndrome de fatigue post-COVID-10, notamment les douleurs pulmonaires et corporelles, ainsi que les difficultés de concentration. Aucun effet secondaire majeur n’a été observé suite à la prise de créatine, ce qui suggère que celle-ci pourrait être recommandée comme intervention sûre et efficace pour traiter le syndrome de fatigue post-COVID-19.

Plusieurs études d’intervention ont évalué les effets de la créatine ou d’analogues de la créatine dans le SFMV et des troubles similaires. Brouwers et al. (2002) ont évalué les possibles effets d’un complément alimentaire contenant de la créatine sur plusieurs caractéristiques cliniques chez les patients atteints du syndrome de fatigue chronique au cours d’une période d’intervention de 10 semaines. Les auteurs n’ont trouvé aucune différence significative entre le groupe placebo et le groupe traité en ce qui concerne la sévérité de la fatigue, l’altération de la fonction et d’autres symptômes liés au SFMV. Cependant, la dose de créatine utilisée dans cet essai (1,2 g par 100 ml) semble insuffisante par rapport aux régimes traditionnels de supplémentation en créatine. Une autre étude a examiné l’efficacité et la sécurité de la supplémentation en créatine chez les patients atteints de fibromyalgie, une affection similaire au SFMV (Alves et al., 2013). Après 16 semaines d’intervention, les patients recevant de la créatine (20 g de monohydrate de créatine pendant les 5 premiers jours, suivis de 5 g par jour pendant toute l’étude) présentaient une teneur plus élevée en phosphocréatine musculaire par rapport au groupe placebo. Cela s’accompagnait d’une amélioration de la santé mentale, d’une plus grande force musculaire du tronc et des membres supérieurs, avec des changements mineurs dans d’autres caractéristiques de la fibromyalgie. Un essai contrôlé randomisé ultérieur a révélé qu’une supplémentation de 12 semaines avec un précurseur de la créatine (acide guanidinoacétique, 2,4 g par jour) améliorait efficacement les concentrations musculaires de créatine, les performances fonctionnelles et des sous-domaines spécifiques de la fatigue chez les femmes d’âge moyen atteintes du syndrome de fatigue chronique (Ostojic et al., 2016).

La présente étude a largement corroboré les résultats des études précédentes démontrant les effets positifs de la créatine dans le SFMV et la fibromyalgie, tout en étendant ces conclusions à des intervalles de supplémentation plus longs et à des patients souffrant du syndrome de fatigue post-COVID-19. Nous avons constaté que la créatine augmentait de manière significative les taux totaux de créatine dans plusieurs régions du cerveau (ainsi que dans le muscle squelettique), avec une augmentation allant jusqu’à 33 % (pour la substance blanche pariétale droite). Étant donné que le SFMV est caractérisé par une altération de la bioénergétique des tissus (Ostojic, 2021), la créatine en complément alimentaire pourrait constituer une intervention alimentaire efficace pour maintenir la créatine cérébrale dans le syndrome de fatigue post-COVID-19. Cet effet pourrait être localisé à des régions cérébrales spécifiques, la substance blanche pouvant être plus sensible à l’apport de créatine dans notre cohorte de patients atteints du syndrome de fatigue post-COVID-19. Fait intéressant, nous avons observé une magnitude plus élevée de la capture de la créatine par le cerveau après l’intervention par rapport à d’autres affections neurologiques (pour une revue, voir Forbes et al., 2022), où la créatine cérébrale augmente d’environ 5 % après l’administration, même lorsqu’elle est administrée à des doses considérablement plus élevées que celles utilisées dans notre essai. Cela suggère peut-être une susceptibilité potentielle induite par la maladie du cerveau humain à absorber davantage de créatine dans le SFMV après la COVID-19. Une éventuelle dysrégulation de la barrière hémato-encéphalique dans la COVID-19 (Krasemann et al., 2022) pourrait permettre une absorption accrue de créatine par le cerveau et compenser le déficit en créatine observé dans la maladie. De plus, une augmentation de la créatine cérébrale s’accompagnait d’une amélioration des performances cérébrales après la prise de créatine, les patients signalant une diminution significative de 77,8 % des scores de difficultés de concentration lors du suivi de 3 mois (d de Cohen = 1,19) et aucune difficulté de concentration lors du suivi de 6 mois (d de Cohen = 2,46). De plus, il semble que la créatine dans le syndrome de fatigue post-COVID-19 puisse bénéficier aux organes autres que le cerveau, les participants à notre essai signalant une diminution significative des douleurs pulmonaires et corporelles après l’intervention, tandis que plusieurs autres caractéristiques pathognomoniques de la post-COVID-19 (par exemple, anosmie, agueusie, difficultés respiratoires) diminuaient également lors du suivi. Les mécanismes possibles de l’action favorable de la créatine dans le SFMV après la COVID-19 pourraient inclure non seulement son rôle dans le recyclage de l’adénosine triphosphate (ATP) pour soutenir le métabolisme énergétique dans le cerveau et le muscle squelettique, mais aussi des

actions anti-inflammatoires, antioxydantes et neuromodulatrices (pour une revue détaillée, voir Ostojic, 2021).

Bien que nous ayons utilisé une conception d’étude relativement solide, cet essai présente plusieurs limitations. Nous avons sélectionné un échantillon d’adultes jeunes à d’âge moyen souffrant du syndrome de fatigue post-COVID-19 modéré ; il reste inconnu si la créatine est tout aussi efficace chez d’autres populations atteintes du SFMV (par exemple, les personnes âgées, les enfants, les patients atteints d’une maladie moins ou plus sévère). Bien que mineure, une différence d’âge entre les groupes pourrait influencer les résultats. La taille relativement petite de notre échantillon limite également l’identification de possibles relations liées au genre dans les données. De plus, nous n’avons pas pu prendre en compte l’apport de créatine provenant d’une alimentation régulière, ce qui pourrait affecter l’exposition nette totale à la créatine, ainsi que l’activité physique habituelle qui pourrait influencer l’absorption tissulaire de la créatine (Harris et al., 1992). Nous avons également évalué ici les effets de la supplémentation en créatine sur une période de 6 mois, et une durée d’administration plus longue pourrait produire des effets différents. Enfin, une approche plus mécanistique englobant un ensemble complet de biomarqueurs serait nécessaire pour étudier les voies moléculaires de l’action de la créatine dans le cerveau des patients atteints du syndrome de fatigue post-COVID-19.

En conclusion, une supplémentation en créatine pendant 6 mois semble améliorer la bioénergétique des tissus et atténuer les manifestations cliniques du syndrome de fatigue post-COVID-19, probablement en raison de son activité de recharge énergétique et neuroprotectrice. L’approbation de la créatine pourrait donc revêtir une grande importance pour lutter contre le syndrome de fatigue post-COVID-19 très répandu ; des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer nos résultats dans diverses cohortes post-COVID-19.

Source : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/fsn3.3597

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *