La canneberge pour prévenir les infections urinaires

Le jus de canneberge est utilisé depuis des décennies pour prévenir les infections urinaires. Les infections urinaires sont une affection courante, avec une incidence élevée de récidive, en particulier chez les femmes. Les canneberges contiennent des proanthocyanidines (PAC) qui inhibent l’adhérence d’Escherichia coli, une cause fréquente d’infections urinaires, à la paroi de la vessie. Il s’agit de la cinquième mise à jour d’une étude Cochrane publiée à l’origine en 1998, qui fournit une évaluation actualisée de l’efficacité des produits à base de canneberge dans la prévention des infections urinaires chez les populations sensibles.

L’étude a porté sur 50 essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR, impliquant 8 857 participants. Les résultats suggèrent que les produits à base de canneberge peuvent réduire le risque d’infections urinaires symptomatiques, vérifiées par culture, chez les femmes souffrant d’infections urinaires récurrentes, les enfants et les personnes prédisposées aux infections urinaires en raison d’une intervention. Toutefois, le bénéfice peut être faible ou nul chez les hommes et les femmes âgés institutionnalisés, les femmes enceintes ou les adultes souffrant d’un dysfonctionnement neuromusculaire de la vessie avec une vidange incomplète de la vessie. Par rapport aux antibiotiques, les produits à base de canneberge peuvent n’avoir que peu ou pas d’effet sur le risque d’infections urinaires symptomatiques, vérifiées par culture, ou sur le risque de symptômes cliniques sans culture. Par rapport aux probiotiques, les produits à base de canneberge peuvent réduire le risque d’infections urinaires symptomatiques vérifiées par culture. Il n’est pas clair si l’efficacité diffère entre le jus de canneberge et les comprimés ou entre les différentes doses de PAC, car la certitude des preuves était très faible.

Les études incluses dans la revue présentaient un faible risque de biais, le risque de biais pour la génération de séquences et la dissimulation de l’affectation étant faible pour 29 et 28 études, respectivement. Trente-six études présentaient un faible risque de biais de performance et 23 études présentaient un faible risque de biais de détection. Il n’y avait pas non plus de relation claire entre l’observance du traitement et le risque d’infections urinaires répétées.

Le nombre de participants présentant des effets secondaires gastro-intestinaux ne diffère probablement pas entre ceux qui prennent des produits à base de canneberge et ceux qui reçoivent un placebo ou aucun traitement spécifique. Les preuves de l’innocuité des produits à base de canneberge sont donc relativement solides, aucun événement indésirable grave n’ayant été signalé.

En conclusion, l’étude suggère que les produits à base de canneberge peuvent être efficaces dans la prévention des infections urinaires chez les populations sensibles. Toutefois, les preuves les plus solides concernent les femmes souffrant d’infections urinaires récurrentes, les enfants et les personnes présentant une susceptibilité aux infections urinaires en raison d’une intervention. Les preuves de l’efficacité des produits à base de canneberge dans d’autres populations, telles que les hommes et les femmes âgés institutionnalisés, les femmes enceintes et les adultes souffrant d’un dysfonctionnement neuromusculaire de la vessie avec une vidange incomplète de la vessie, sont moins solides. Les preuves de la sécurité des produits à base de canneberge sont relativement solides, aucun événement indésirable grave n’ayant été signalé.

Source :https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD001321.pub6/full

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *