Impact de l’apport en graisses maternelles sur la santé intestinale du nourrisson et le risque de maladie

Introduction :
Le dicton « vous êtes ce que vous mangez » a pris une nouvelle signification grâce à une recherche révolutionnaire menée par une équipe de scientifiques du campus Okanagan de l’Université de la Colombie-Britannique. Dans une étude dirigée par les docteurs Deanna Gibson, Sanjoy Ghosh et Wesley Zandberg, il a été démontré que l’apport en graisses maternelles pendant l’allaitement a des effets profonds et durables sur la santé intestinale du nourrisson et sur sa vulnérabilité aux maladies infectieuses. Ces résultats remettent en question les idées reçues et mettent en lumière la relation complexe entre les graisses alimentaires, le microbiote intestinal et les réponses immunitaires.

Impact diversifié des graisses alimentaires :
L’équipe de recherche s’est penchée sur la complexité des graisses alimentaires et leur impact sur le microbiome intestinal. Elle a classé les graisses en trois catégories principales : les graisses saturées (AGS), les graisses monoinsaturées (AGMI) et les acides gras polyinsaturés (AGPI). Alors que des études antérieures avaient laissé entrevoir le lien entre les graisses et la santé intestinale, cette recherche a permis d’approfondir les effets distincts de chaque type de graisse. Les graisses saturées, souvent diabolisées dans l’alimentation moderne, ont montré des avantages surprenants en combinaison avec certains types d’AGPI.

Microbiome intestinal et développement immunitaire :
L’étude s’est concentrée sur la manière dont l’apport en graisses maternelles pouvait influencer le développement du microbiome intestinal et du système immunitaire du nourrisson. Le microbiome intestinal, un écosystème complexe de micro-organismes résidant dans nos intestins, joue un rôle essentiel dans la maturation du système immunitaire et la protection contre les agents pathogènes. L’équipe du Dr Gibson a découvert que des combinaisons spécifiques d’apports en graisses maternelles pouvaient modifier l’établissement du bactériome du nourrisson, affectant ainsi sa capacité à répondre aux infections plus tard dans la vie.

Contradictions dans les recommandations alimentaires :
Les résultats de la recherche remettent en question les recommandations diététiques actuelles pour les mères qui allaitent. Cette étude remet en question le conseil très répandu de remplacer les graisses saturées par des AGPI, en particulier les AGPI n-6 et n-3. Contrairement à la croyance populaire, la recherche suggère que certaines graisses saturées, lorsqu’elles sont combinées à des AGPI spécifiques, pourraient améliorer la relation hôte-microbe et fournir une protection contre les maladies infectieuses.

Implications pour l’avenir :
Les implications de l’étude vont au-delà des considérations immédiates en matière de santé. Alors que la consommation mondiale d’acides gras insaturés augmente, les résultats de l’étude soulignent l’importance de réévaluer les recommandations alimentaires, en particulier pour les femmes enceintes et les mères qui allaitent. L’équilibre délicat des graisses dans l’alimentation d’une mère peut influencer la santé intestinale et l’immunité de son enfant tout au long de sa vie.

Conclusion :
Dans un monde où les conseils diététiques sont en constante évolution, cette recherche constitue une étape décisive. Elle met en évidence la relation complexe entre l’apport en graisses de la mère, le microbiome intestinal et le risque de maladie chez les nourrissons. L’étude des docteurs Gibson, Ghosh et Zandberg met en lumière la nécessité de revoir les recommandations alimentaires conventionnelles, en soulignant l’importance d’approches personnalisées de la nutrition pendant la grossesse et l’allaitement. Alors que nous découvrons les mystères du rôle de l’intestin dans la santé globale, cette étude nous rappelle que les choix que nous faisons aujourd’hui peuvent influencer la santé des générations futures.

Source : https://news.ok.ubc.ca/2021/04/14/ubco-research-shows-a-mothers-fat-intake-can-impact-infant-infectious-disease-outcomes/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *