Vitamine D et risque des infections respiratoires aiguës : grippe et COVID-19


Les infections respiratoires aiguës virales représentent une part importante de la morbidité et de la mortalité.

La grippe, survenant par vagues épidémiques hivernales, continue d’être à l’origine de plusieurs centaines de milliers de décès chaque année. La pandémie, émergente, liée au nouveau coronavirus SARS-CoV-2 (maladie COVID-19) constitue une forte crise sanitaire, accroissant la morbidité et la mortalité, avec un fort impact socio-économique. Les données autour de la vitamine D ont nettement augmenté ces dernières années. La connaissance de son rôle a progressé de manière considérable, passant d’une vitamine ayant un rôle essentiellement sur le métabolisme phosphocalcique et osseux à une hormone ayant une implication sur la « santé intégrale ». La vitamine D semble favoriser l’activation de la réponse immunitaire et limite les conséquences néfastes de l’immuno-pathologie induite par les agents pathogènes. Dans la littérature, des données probantes lient le déficit en vitamine D d’une part, à la susceptibilité aux infections virales aiguës et, d’autre part, à l’évolution plus défavorable de certaines infections chroniques. Cette revue examine les connaissances actuelles sur la vitamine D et son influence sur le risque des infections respiratoires (épidémies de grippe et pandémie COVID-19).

Source:

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0985056220304891

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *