Une nouvelle étude montre qu’il n’y a pas de lien entre une consommation élevée de produits céréaliers raffinés et le risque de maladie cardiovasculaire.


Les céréales raffinées font partie d’un modèle alimentaire malsain, ou occidental, dont il a été démontré qu’il était associé à un risque accru de maladie cardiovasculaire (MCV). Afin de clarifier l’association entre la consommation de céréales raffinées et le risque de MCV, des recherches ont été menées dans les bases de données Pubmed et Scopus pour trouver des études de cohorte pertinentes, de la création de la base de données au 30 juin 2022. Seules les études ayant examiné les céréales raffinées en tant que catégorie de consommation distincte et non en tant que partie d’un modèle alimentaire ont été incluses. Les méta-analyses ont été réalisées à l’aide du logiciel RevMan 5.4.1 de Cochrane, en appliquant des rapports de risque à variance inverse dans des modèles à effets aléatoires pour chaque résultat d’intérêt. L’hétérogénéité a été évaluée à l’aide des statistiques Q (chi2) et I2 de Cochrane.

Les méta-analyses des rapports de risque (RR) et des intervalles de confiance (IC) à 95 % obtenues à partir de 17 études de cohorte prospectives (>875 000 participants) ont indiqué que la consommation de céréales raffinées n’était pas associée au risque de MCV (RR = 1. 08, IC 95 %, 0,99-1,18, I2 = 70 % ; 9 cohortes), d’accident vasculaire cérébral (HR = 1,06, IC 95 %, 0,92-1,23, I2 = 70 % ; 9 cohortes) ou d’insuffisance cardiaque (HR = 0,95, IC 95 %, 0,77-1,16, I2 = 10 % ; 5 cohortes). La consommation de riz blanc n’était pas non plus associée au risque de MCV (HR = 0,93, IC 95 % 0,86-1,00, I2 = 25 % ; 7 cohortes) ou d’accident vasculaire cérébral (HR = 1,03, IC 95 % 0,93-1,14, I2 = 22 % ; 7 cohortes). Aucun biais de publication significatif n’était évident (valeurs P du test d’Egger toutes > 0,05). L’absence d’association entre la consommation de céréales raffinées et le risque de MCV a été observée dans les méta-analyses d’études qui limitaient les analyses aux aliments céréaliers de base (pain, céréales, pâtes, riz blanc), ainsi que dans les méta-analyses d’études qui incluaient à la fois les aliments céréaliers de base et les aliments céréaliers de complaisance (gâteaux, biscuits, beignets, brownies, muffins, pâtisseries). La confusion probable due à des variables non mesurées dans les études incluses dans les méta-analyses diminue la qualité globale des preuves.

Bien que les grains raffinés fassent partie du modèle alimentaire occidental, les résultats des méta-analyses suggèrent que les grains raffinés ne contribuent pas au risque plus élevé de MCV associé à ce modèle alimentaire malsain. Cette information devrait être prise en compte dans la formulation des futures recommandations alimentaires.

Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1050173822001116?via%3Dihub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *