Une approche du traitement de l’obésité centrée sur le patient


C’est l’une des questions les plus controversées parmi les cliniciens : Traiter l’obésité tout en réduisant la stigmatisation liée au poids et le risque de troubles alimentaires est-il mutuellement exclusif ?

Dans un commentaire récent publié en ligne avant impression dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, une équipe de chercheurs s’en prend à ce qu’ils considèrent comme une approche dépassée que de nombreux prestataires de soins de santé ont encore lorsqu’il s’agit de traiter des patients en surpoids ou obèses.

En bref, les professionnels de la santé des deux côtés du débat devraient s’efforcer d’améliorer l’accès à des soins compatissants, fondés sur des preuves et centrés sur le patient afin de lutter contre la stigmatisation du poids et de mettre fin à la culture du régime, affirment les chercheurs, ajoutant que l’accent devrait être mis sur la santé, et non sur le poids.

“Il est absolument essentiel de dissocier le poids de la culture du régime”, a déclaré la co-auteure Katherine N. Balantekin, PhD, RD, professeur adjoint au département des sciences de l’exercice et de la nutrition de l’école de santé publique et des professions de santé de l’université de Buffalo.

“À mon avis, c’est la plus grande déconnexion que nous observons actuellement dans la société”, a ajouté Mme Balantekin, qui étudie le comportement alimentaire chez les enfants souffrant d’obésité et de troubles de l’alimentation. “Travailler ensemble pour éliminer la fausse dichotomie entre les troubles de l’alimentation et du poids permettra de s’assurer que chacun reçoit les soins compatissants qu’il mérite. De plus, nous devons continuer à travailler à l’élimination des autres obstacles au traitement, notamment les préjugés et la stigmatisation liés au poids.”

La stigmatisation du poids – la dévalorisation d’une personne en fonction de son poids – est endémique, notent les chercheurs, citant les résultats de recherches antérieures selon lesquels plus de la moitié des prestataires de soins de santé attribuent le surpoids ou l’obésité d’un patient à un manque de volonté. Ce type de “fat-shaming” ne fait que renforcer les stéréotypes négatifs, disent-ils.

Le débat dépasse largement le cadre des soins de santé. Par exemple, lorsque Weight Watchers a lancé Kurbo, une application de perte de poids pour les enfants et les adolescents en 2019, les experts en troubles alimentaires, les diététiciens et les anciens diététiciens ont vivement réagi en reprochant à l’application de mettre l’accent sur les régimes. Pour beaucoup de gens, les régimes ont eu un impact négatif sur la relation qu’ils ont avec la nourriture et leur corps.

Avec Kurbo, “on craignait beaucoup que l’accent mis sur le poids ne provoque des troubles de l’alimentation”, a déclaré Mme Balantekin. “Les gens pensent que les régimes sont la même chose que le traitement de l’obésité, alors qu’en fait ils sont extrêmement différents.”

Le document note qu’une nouvelle définition de l’obésité, soutenue par les directives canadiennes et l’Organisation mondiale de la santé, a vu le jour. L’accent n’est plus mis sur un indice de masse corporelle (IMC) de 30 ou plus. Au lieu de cela, l’obésité est maintenant définie comme un excès de tissu adipeux associé à des effets négatifs sur la qualité de vie ou la santé physique.

“Cette nouvelle définition adopte une approche axée sur la santé plutôt que sur le poids, ce qui permet une meilleure sensibilité à la nuance de la relation entre le poids et l’état de santé”, écrivent les chercheurs.

Elle permet également de s’orienter vers un traitement de l’obésité supervisé et fondé sur des preuves, qui privilégie les changements durables pour promouvoir la santé à long terme. Il ne s’agit pas de se concentrer sur les régimes ou les efforts autodirigés visant à perdre du poids en restreignant la quantité ou les types d’aliments consommés. Alors que les régimes autogérés encouragent souvent des pratiques alimentaires malsaines telles que le jeûne ou la restriction alimentaire stricte, le traitement de l’obésité fondé sur des données probantes et supervisé améliore réellement la santé sans accroître la stigmatisation du poids, écrivent les chercheurs.

La principale conclusion de l’article est que “le traitement de l’obésité et la réduction de la stigmatisation du poids et de la psychopathologie des troubles alimentaires ne sont pas mutuellement exclusifs”.

“On craint depuis longtemps que la perte de poids ne déclenche ou n’aggrave les troubles de l’alimentation, mais un grand nombre de recherches suggèrent que le traitement de l’obésité fondé sur des preuves améliore en fait les symptômes des troubles de l’alimentation, et non les aggrave”, a déclaré Balantekin. “Cela est vrai tant pour les enfants que pour les adultes”.

Les chercheurs appellent également à la mise en place de politiques générales, telles que des lois contre la discrimination fondée sur le poids, ainsi qu’à des efforts pour éduquer davantage les prestataires de soins de santé et le grand public sur le fait que de nombreux facteurs autres que le contrôle de soi affectent le poids.

Les traitements de l’obésité devraient également dépister et traiter les troubles alimentaires tout au long du traitement afin que les personnes puissent recevoir des soins spécialisés dès que possible, a déclaré Balantekin.

“Il est essentiel d’adopter une approche du traitement centrée sur le patient, en mettant l’accent sur tous les besoins en matière de santé, ce qui contraste avec l’approche typique centrée sur le fournisseur et axée sur le poids”, a ajouté M. Balantekin. “Cela signifie que les prestataires de soins de santé doivent respecter les souhaits du patient, notamment s’il veut ou non discuter de son poids. Cela doit également inclure une conversation au cours de laquelle les prestataires exposent clairement les attentes raisonnables en matière de traitement, y compris la manière dont les habitudes devront être maintenues à long terme pour voir le maintien de la perte de poids.”

Source : Researchers call for a patient-centered approach to treating obesity – Community Health Equity Research Institute – University at Buffalo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *