Un bon statut en vitamine D peut protéger contre le cancer


Un bon état de vitamine D est bénéfique à la fois dans la prévention du cancer et dans le pronostic de plusieurs cancers, selon une nouvelle revue de recherche.

 
Les effets anticancéreux de la vitamine D sont particulièrement prononcés dans la prévention et le traitement du cancer du côlon et des cancers du sang. De plus, une réactivité élevée en vitamine D peut être liée à un risque de cancer plus faible. La réactivité à la vitamine D varie selon les individus, ce qui affecte leur besoin de supplémentation en vitamine D.
L’article de synthèse, publié dans Seminars in Cancer Biology et rédigé par le professeur Carsten Carlberg de l’Université de Finlande orientale et le professeur Alberto Muñoz de l’Université autonome de Madrid, fournit une mise à jour sur la base moléculaire de la signalisation de la vitamine D et son rôle dans la prévention du cancer. et la thérapie.
La vitamine D est communément connue pour son rôle crucial dans la santé osseuse, mais les auteurs soulignent qu’elle régule également le système immunitaire, et ses effets anti-cancéreux sont médiés principalement par les cellules immunitaires, telles que les monocytes et les lymphocytes T. La vitamine D exerce ses effets via le récepteur de la vitamine D (VDR), qui est un facteur de transcription impliqué dans l’expression et la régulation épigénétique de nombreux gènes.
Selon la revue, des études axées sur l’effet de la vitamine D sur différents types de cancers fournissent les preuves les plus solides de ses avantages dans le cancer colorectal et les cancers du sang, tels que les leucémies et les lymphomes. La vitamine D est importante à la fois pour la différenciation des cellules sanguines pendant l’hématopoïèse ainsi que pour les cellules souches adultes dans les tissus à régénération rapide, tels que le côlon ou la peau. Un statut trop bas en vitamine D conduit à une fonction sous-optimale du VDR et à un risque accru que ces cellules ne se différencient pas complètement et commencent à se transformer en cellules cancéreuses en croissance incontrôlées.
Même dans d’autres types de cancer, comme le cancer du sein et de la prostate, un faible taux de vitamine D, mesuré comme le niveau de 25-hydroxyvitamine D dans le sang, a été associé à une incidence plus élevée de cancer et à un pronostic moins favorable. Cependant, la supplémentation en vitamine D n’a pas été systématiquement démontrée pour réduire la mortalité par cancer dans les essais contrôlés randomisés. Selon les auteurs de la revue, l’impact de la vitamine D pourrait être montré plus clairement si les participants étaient stratifiés en fonction de leur sensibilité individuelle à la vitamine D et des résultats pour la santé analysés par rapport aux changements de l’état individuel de la vitamine D.
Le groupe de recherche du professeur Carlberg a précédemment montré que les individus diffèrent dans leur réponse moléculaire ou leur sensibilité à la supplémentation en vitamine D. Par exemple, 25% de la population finlandaise semblent être des répondeurs faibles, nécessitant une dose plus élevée de supplémentation en vitamine D pour atteindre le plein bénéfice clinique. En termes de risque de cancer, être un répondeur élevé peut avoir un effet protecteur.
Selon la revue, un bon état de vitamine D est bénéfique dans la prévention générale du cancer. Il y a moins de preuves de son utilité dans le traitement du cancer.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *