Un acide gras commun contribue à la sensibilité à la température et à la douleur dans les plaques de psoriasis


Un acide gras courant présent dans le régime alimentaire occidental se décompose en composés qui contribuent à l’augmentation de la température et de la sensibilité à la douleur – mais pas aux démangeaisons – dans les lésions psoriasiques. Cette découverte pourrait permettre de mieux comprendre comment les lipides communiquent avec les neurones sensoriels et, éventuellement, d’améliorer les traitements contre la douleur et la sensibilité chez les patients atteints de psoriasis.

L’acide linoléique est un acide gras présent dans les huiles végétales, les noix et les graines, et l’un des acides gras prédominants dans le régime alimentaire occidental. Les métabolites de l’acide linoléique – les produits formés lorsque l’organisme le décompose par la digestion – jouent un rôle dans la fonction de barrière de la peau.

“Nous avons remarqué des niveaux élevés de deux types de lipides dérivés de l’acide linoléique dans les lésions psoriasiques”, explique Santosh Mishra, professeur associé de neuroscience à la North Carolina State University et auteur correspondant de la recherche. “Cela nous a amenés à nous demander si ces lipides pouvaient affecter le mode de communication des neurones sensoriels dans ces lésions. Nous avons décidé d’étudier si leur présence pouvait être liée à l’hypersensibilité à la température ou à la douleur dont font état de nombreux patients atteints de psoriasis.”

L’équipe de recherche a utilisé la spectrométrie de masse pour créer des profils lipidiques de la peau provenant de lésions psoriasiques. Ils se sont concentrés sur deux types de lipides dérivés de l’acide linoléique, ou oxylipides : le 13-hydroxy-9,10-époxy octadécénoate (9,13-EHL) et le 9,10,13-trihydroxy-octadécénoate (9,10,13-THL). La première forme, 9,13-EHL, peut se transformer en la forme plus stable 9,10,13-THL par interaction avec certaines enzymes.

Les chercheurs ont constaté que si les deux formes se lient aux récepteurs des neurones sensoriels de la peau, la forme la plus stable – 9,10,13-THL – a un effet plus durable que le 9,13-EHL.

Ils ont également constaté qu’une fois que les lipides se lient au récepteur neuronal, ils activent les neurones exprimant les récepteurs TRPA1 et TRPV1 qui sont impliqués dans l’hypersensibilité à la température et à la douleur, ouvrant ainsi des voies de communication vers le système nerveux central.

Fait intéressant, les lipides n’ont eu aucun effet sur les démangeaisons.

“Il était surprenant que ces lipides puissent créer une hypersensibilité mais n’aient aucun impact sur la sensation de démangeaison, qui est généralement le symptôme le plus gênant associé au psoriasis”, explique Mishra. “Cela a très probablement à voir avec la façon dont le neurone est activé – un mécanisme que nous n’avons pas encore découvert.”

Maintenant qu’une association entre l’acide linoléique et l’hypersensibilité à la température et à la douleur a été établie, les chercheurs veulent explorer davantage la manière exacte dont cette réponse est créée. Ils espèrent que les réponses pourront conduire à des solutions permettant de soulager ces symptômes chez les patients atteints de psoriasis.

“Nous savons que ce lipide passe d’une forme à l’autre, mais nous ne savons pas encore ce qui provoque cela”, explique Mishra. “Nous savons également à quelle protéine les lipides se lient, mais pas où la liaison se produit. La réponse à ces questions pourrait, nous l’espérons, conduire à de nouvelles thérapies – ou à des solutions diététiques – pour certaines personnes souffrant de psoriasis.”

Ces travaux, publiés dans JID Innovations, sont soutenus par le National Institute on Aging et les National Institutes of Health. Josh Wheeler, chercheur postdoctoral à NC State, est le premier auteur.

Source :https://www.jidinnovations.org/article/S2667-0267(22)00085-6/fulltext

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *