Troubles de l’alimentation et régulation environnementale du génome. FAED, programme des troubles de l’alimentation


De plus en plus de preuves soutiennent l’idée que l’étiologie des troubles de l’alimentation implique la régulation environnementale des potentiels génétiques.

Cette présentation passe en revue les résultats d’études récentes de génétique moléculaire qui impliquent des effets génétiques agissant sur des composants psychiatriques, métaboliques et immunitaires dans la phénoménologie des troubles de l’alimentation. Il passe également en revue les résultats d’études épigénétiques qui suggèrent, de manière intrigante, qu’un réseau parallèle de gènes peut être soumis à une régulation environnementale via des effets épigénétiques – résultant de stress périnatal, infantile et plus tard dans la vie et d’effets réversibles en raison d’une restriction alimentaire prolongée.
Bien que les données génétiques et épigénétiques disponibles soient dans un état trop récent pour guider les innovations dans le traitement, les résultats encadrent une conceptualisation multifactorielle de l’étiopathologie des troubles de l’alimentation qui aide à réduire les idées fausses stigmatisantes et favorise l’acceptation de soi de la part des personnes touchées.
Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *