Traiter la dépression par les vitamines B9 et B12 ? – Review

B_vitamin_supplement_tablets

La dépression est un fléau social majeur de nos jours. Les traitements efficaces contre les états dépressifs sont actuellement les fameux antidépresseurs utilisés en psychiatrie afin de réduire l’intensité des symptômes liés à ce désordre psychologique.

D’autres traitements ont été proposé par différents scientifiques, et parmi ces traitements on trouve le complexe B9-B12 (folate-cobalamine) qui a bénéficié de plusieurs études cliniques et expérimentations scientifiques. Dans cette review, les auteurs ont traités avec une méthodologie implacable 269 papiers scientifiques dont 52 essais cliniques contrôlés randomisés et les résultats sont clairs comme vous pouvez le constater dans l’étude : Le complexe folate – cobalamine ne permet pas de réduire les symptômes liés à la dépression sur le court terme. Cependant, on peut constater que ce complexe avait un effet préventif contre la dépression sur le long terme.

Résumé :

“Les carences en folate et en vitamine B12 ont été associées à un risque accru de dépression. Cette revue systématique visant à préciser si, par rapport au placebo, le traitement avec l’acide folique et / ou la vitamine B12 réduit la dépression, augmente la rémission, et prévient l’apparition des symptômes cliniquement significatifs de la dépression chez les sujet à risque.
METHODES:
Dans cette revue systématique, on a réalisée une recherche au niveau des bases de données PubMed, PsychInfo, Embase et Cochrane, du début (dès les premières études) jusqu’au 6 Juin 2014, en utilisant les termes suivants : (vitamine B12, la vitamine B9, folates, acide folique, cobalamine, cyanocobalamine) et (dépression, trouble dépressif, symptômes dépressifs) et (essai contrôlé randomisé, ECR). La recherche électronique a été complétée par une recherche manuelle. Deux examinateurs indépendants ont évalués l’admissibilité de tous les documents récupérés, et extrait les données brutes. Le logiciel Review Manager 5 a été utilisé pour gérer et analyser les données.

RÉSULTATS:
Deux cent soixante-neuf publications ont été identifiées, dont 52 ECR et 11 critères remplies pour l’examen. Nous avons constatés que l’utilisation à court terme de vitamines (quelques jours à quelques semaines) ne contribue pas à améliorer les symptômes dépressifs chez les adultes souffrant de dépression majeure traités avec des antidépresseurs (5 études, la différence moyenne normalisée intervalle de confiance = -0.12, 95% – 95 % CI = -0.45, 0,22), mais la consommation plus prolongée (plusieurs semaines à plusieurs années) peut diminuer le risque de rechute (1 étude, odds ratio (OR) = 0,33, IC à 95% = 0,12, 0,94) et l’apparition de symptômes cliniquement significatifs chez les personnes à risque (2 études, le ratio de risque = 0,65, IC à 95% = 0,43, 0,98).

CONCLUSION:
Le nombre d’essais disponibles reste faible et l’hétérogénéité entre les études est élevée. Les résultats de ces méta-analyses suggèrent que le traitement avec l’acide folique et la vitamine B12 ne diminue pas la gravité des symptômes dépressifs sur une courte période de temps, mais peut être utile dans la gestion à long terme des populations particulièrement à risque.”

 

Lien vers la review :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25644193

 

 

Carence en vitamine B12 : un facteur de risque cardiovasculaire ? Review

Les mystères des vitamines du complexe B enfin dévoilés

Choline : Identification du cancer des ovaires – Review

La fatigue psychologique, en quoi ça consiste ?

Le burn out

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *