Thérapie à l’ozone en médecine dentaire


La cavité buccale apparaît comme un écosystème ouvert, avec un équilibre dynamique entre l’entrée des micro-organismes, les modalités de colonisation et les défenses de l’hôte destinées à les éliminer: Pour éviter leur élimination, les bactéries doivent adhérer soit aux surfaces dentaires dures soit aux surfaces épithéliales. La formation et le développement de biofilms par voie orale et la sélection interne de micro-organismes spécifiques ont été mis en corrélation avec les pathologies buccales les plus courantes, telles que la carie dentaire, la maladie parodontale et la péri-implantite. L’élimination mécanique du biofilm et l’utilisation en complément de désinfectants antibiotiques ou de divers antibiotiques ont été les méthodes classiques de traitement parodontal.
L’ozone (O3) est une molécule triatomique composée de trois atomes d’oxygène. Son application en médecine et en dentisterie a été indiquée pour le traitement de 260 pathologies différentes. La thérapie à l’ozone a été plus bénéfique que les modalités thérapeutiques conventionnelles actuelles qui suivent une application peu invasive et conservatrice au traitement dentaire. L’exposition des mécanismes moléculaires de l’ozone profite également à la fonction pratique en dentisterie.

Modalités de traitement dentaire par ozonothérapie 

Purification de biofilms (élimination des agents pathogènes microbiens).
Sur les tissus buccaux, permet la rémission de diverses altérations de la muqueuse, une meilleure cicatrisation de la plaie et une augmentation du taux de renouvellement des cellules buccales.
Elimination des lésions carieuses (l’ozone oxyde l’acide pyruvique produit par les bactéries cariogènes en acétate et en dioxyde de carbone).
Les preuves corroborées d’études in vitro indiquent que l’ozone peut être utilisé comme agent antimicrobien prophylactique avant l’attaque chimique et la mise en place de restaurations.
L’ozone a un potentiel immense pour être utilisé comme antimicrobien en endodontie
L’application à l’ozone réduit efficacement la sensibilité de l’émail et de la dentine exposés, mais également dans les cas de sensibilité des racines.
Accélération de la cicatrise et la régénération osseuse.
L’ozone a également été utilisé avec succès en tant que rinçage de prétraitement pour irriguer les poches parodontales avant d’effectuer le détartrage et la planification des racines. Les huiles ozonées ont également montré une amélioration chez les patients atteints de gingivite ulcéreuse nécrosante aiguë.

Références : 

http://aos.edp-dentaire.fr/articles/aos/pdf/2012/03/aos2012259p283.pdf

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK51837/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *