Rôle de la génétique et de l’épigénétique dans l’obésité de l’enfant et de l’adolescent


L’obésité est une pathologie complexe multifactorielle considérée comme une maladie des centres régulateurs du poids. La contribution de la génétique est constante mais son impact est variable selon les situations allant des obésités génétiques de cause rare (environ 5 % des obésités) aux situations d’obésité dite polygénique (ou obésité commune) plus souvent rencontrées (95 % des cas).

D’autres facteurs (déterminants précoces pré- et post-nataux, sociétaux ou psychologiques) interagissent toujours étroitement avec ces facteurs génétiques expliquant la grande variabilité du phénotype et la physiopathologie complexe. Un véritable continuum existe entre toutes ces situations via l’implication de variants génétiques plus ou moins rares situés dans des gènes codant pour des protéines clé de la régulation centrale de la prise alimentaire. Cette meilleure compréhension des mécanismes a permis de mieux préciser les phénotypes associés et d’aboutir depuis quelques années à des innovations thérapeutiques ciblant ces gènes-clé.

Cette évolution permet d’envisager à moyen terme le développement d’une véritable médecine personnalisée dans l’obésité précoce associant des traitements médicamenteux ciblés selon l’anomalie génétique identifiée et/ou une prise en charge globale multidisciplinaire ciblée selon le phénotype du patient voire le recours à la chirurgie bariatrique selon les situations cliniques.

Source :https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0222961721001513

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *