Quelle alimentation proposer aux patients présentant une stéatohépatite non-alcoolique ?


La maladie stéatosique du foie liée à une dysfonction métabolique (MAFLD) touche un quart de la population mondiale, dont certains d’entre eux évolueront vers une forme plus sévère appelée stéatohépatite non-alcoolique (NASH). Le principal facteur menant à cette pathologie est une alimentation déséquilibrée. Aucun traitement médicamenteux n’est reconnu à ce jour. Seule la prise en charge hygiénodiététique permet une amélioration des lésions histologiques de la NASH grâce à une perte de poids. Néanmoins, l’efficacité des régimes standards, la compliance des patients et la capacité à maintenir la perte de poids à long terme sont des difficultés fréquemment rencontrées. Dans cet article, nous analysons les données scientifiques récentes de différents types d’alimentation (régime méditerranéen, jeûne intermittent, régime cétogène) permettant d’apporter des bénéfices hépatiques et parfois extrahépatiques. Les inconvénients ou limites possibles sont également discutés. Le bénéfice éventuel d’autres stratégies nutritionnelles (café, acides gras oméga-3, polyphénols…) est finalement présenté. Le changement de mode alimentaire peut, dès lors, être adapté aux attentes du patient et occasionner des bénéfices indépendamment de la perte de poids.

Source et détails :https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0985056221002119

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *