Progrès récents des biomarqueurs dans les cancers de la bouche


Les cancers de la bouche sont le septième cancer le plus répandu dans le monde.

Si des progrès ont été réalisés dans le traitement des cancers buccaux, tous les patients ne répondent pas de la même manière à ces thérapies. Pour surmonter cette difficulté, de nombreuses études ont été consacrées à l’identification de biomarqueurs, qui permettent de repérer rapidement les patients susceptibles de bénéficier d’une modalité de traitement particulière ou de présenter un risque de mauvais pronostic. Les biomarqueurs sont des molécules protéiques, des expressions génétiques, des variantes de l’ADN ou des métabolites provenant de tumeurs, de tissus normaux adjacents ou de fluides corporels, qui peuvent être acquis avant le traitement et pendant le suivi, ce qui étend leur utilisation à l’évaluation de la progression du cancer et à la prédiction du résultat du traitement. Dans cette étude, nous avons utilisé un niveau de signification de base (< 0,05) comme exigence minimale pour les biomarqueurs candidats. Les tailles d’effet des biomarqueurs en termes d’odds ratio, de hazard ratio et d’aire sous les courbes caractéristiques d’exploitation du récepteur ont ensuite été utilisées pour évaluer le potentiel de leur utilisation clinique. Nous avons identifié le CCND1 de la tumeur, le papillomavirus humain, la HSP70 et l’IL-17 du sang périphérique, ainsi qu’une densité élevée de lymphocytes CD45RO+ infiltrant la tumeur comme biomarqueurs cliniquement pertinents pour les cancers de la bouche.

Source:

https://journals.lww.com/jcma/Abstract/9000/Recent_Progress_of_Biomarkers_in_Oral_Cancers.99482.aspx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *